Sign in
Download Opera News App

 

 

Le bouillon de cube à toutes les sauces : quand la maladie et la mort s’invitent dans nos assiettes

L’incontournable de la cuisine africaine aujourd’hui, c’est le bouillon déshydraté en cube. Cet usage systématique et abusif de ce cube d’assaisonnement comporte pourtant des risques sanitaires très importants. Pour l’adulte et surtout pour les tous petits.

L’incontournable de la cuisine africaine

Sa majesté, le bouillon cube (Photos Web) !

Le compagnon fidèle du « Garba », le plat fait d’attiéké de bas de gamme, de poisson thon frit et d’oignon émincé, c’est le petit cube ou la tablette d’assaisonnement. Jeunes adultes et surtout adolescents. Tous en raffolent. Ce mets typiquement ivoirien a même conquis toute la sous-région ouest-africaine.

En dehors du mythique « Garba », le cube de bouillon se retrouve dans pratiquement dans tous nos plats. Aussi bien en ville qu’au village. Le petit cube est le roi de la cuisine jusqu’aux plus petits hameaux du nord au sud et de l’est à l’ouest du continent noir. Les chiffres de cette consommation du roi de la cuisine sont hallucinants. 100 millions de cube de bouillon sont consommés chaque jour en Afrique. Ce qui donne 16 milliards de cubes consommées par an.

Que contient donc ce petit cube ou cette tablette magique qui est devenu si irrésistible en Afrique ? Une émission très instructive sur une chaîne YouTub intitulée « bien choisir son cube de bouillon » nous donne des éléments de réponse très intéressants. Le secret de ces petits cubes ou tablettes brunes ou jaunes sont essentiellement des arômes artificiels et des exhausteurs chimiques de goût. Les arômes naturelles y sont réduits à la portion symbolique, malgré un marketing féroce qui fait croire que certains de ces cubes contiendraient de l’oignon, du poulet, des crevettes ou autres. Un exhausteur de goût (ou exaltateur d’arôme) est une substance qui, sans avoir une saveur propre prononcée, ne modifie pas le goût mais augmente l'intensité de la perception olfacto-gustative (goût et/ou l'odeur) d'une denrée alimentaire (dictionnaire Wikipédia).

Un goût de publicité mensongère !

Ce garba qui fascine tant nos enfants !

Ces exhausteurs de goût sont de quatre types. Il y a d’abord le glutamate monosodique, appelé également glutamate de sodium, E621 ou GMS. Diverses études dont celles du Dr Georges Schwartz, toxicologue et auteurs de plusieurs publications, du Dr Reif-Lehrer de l’école de médecine de Harvard et le Dr John Olney, professeur à l’université de médecine de Washington ont démontré que le GMS présente plusieurs risques sanitaires graves. Le Dr Reif-Lehrer, après plusieurs tests sur des animaux de laboratoire pendant 20 ans, déconseille cette substance particulièrement chez les enfants: « Je pense que c’est un danger pour les bébés et les enfants, des dégâts irréversibles sur les cerveaux humains non-matures ». Tous ces spécialistes s’accordent pour dire qu’il faut, éviter ce produit chez les enfants, les femmes enceintes, et chez tous terrains allergiques ou déjà fragilisé par une infection chronique et même chez une personne bien portante.

L’industrie alimentaire qui fabrique ces cubes de bouillons ne s’embarrasse de faire de telles recommandations sur les emballages de ses produits. Elle ne mentionne pas non plus clairement que le produit vendu contient cette substance nocive. D'ailleurs, sur les petites bouteilles d’arôme vendues dans le commerce en Côte d’Ivoire, il est simplement écrit : « Arôme, Assaisonnement liquide ». De quelle nature ? Il faudra repasser pour le savoir!

Le deuxième exhausteur de goût contenu dans nos cubes ou tablettes, c’est le Glutamate Monosodique ou Glutamate de sodium. Il s’agit de sel extrait des algues qui donne un goût particulier. L’industrie alimentaire tire aujourd’hui le Glutamate Monosodique de la fermentation de blé, de betteraves, de sucre de canne, etc.

Les autres exhausteurs de goût sont l’Inosinade dissodique (Dissodium inosinate) et le Ribonucléotide dissodique.

Un concentré chimique, rien d’autres !

Ces cubes magiques sont à toutes les sauces

Les trois derniers composés chimiques n’ont pas été autant étudiés que GMS, mais les chercheurs pensent qu’ajouter aux apports journaliers de sels sous diverses formes, ces exhausteurs de goût qui sont du sel sur une forme ou une autre, contribuent à l’excès de consommation de sel, source de troubles physiologiques importants comme l’hypertension artérielle dont l’une des complication est l’Accident vasculaire cardiaque (Avc). Il y aussi la prévalence du diabète qui a explosé en Afrique subsaharienne. Ces deux pathologies sont devenues aujourd’hui dans cette région, des problèmes majeurs de santé publique.

Pour l’histoire, c’est en 1886 que le Suisse Julius Maggi, à la demande des autorités helvétiques de l’époque eu l’idée de ces petits carrés jaunes de ces bouillons déshydratés. Après avoir conquis l’Europe, il s’est installé en Afrique dans les années 1900 où il existe aujourd’hui plus d’une dizaine d’usines de fabrication de cube d’assaisonnement.

Théodore Sinzé

 

 

 

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires