Sign in
Download Opera News App

 

 

Duekoué : on vend la mort aux populations

La ville de Duekoué, porte d'entrée de la région du Guémon dont elle est la capitale est réputée pour son commerce de poissons d'eau douce (Carpe, machoirons, capitaine et silure...) Et les usagers en transit ou résident dans cette localité se donnent à coeur joie dans la consommation de ces protéines venues tout droit du fleuve Sassandra, à une trentaine de kilomètres, sur la voie menant à Daloa. En plus du poisson, Duekoué est devenu un pôle de production de pain. Les boulangeries, on en compte une dizaine les unes plus modernes que les autres. Ce pain, en plus d'être servi dans les kiosques et des hôtels est aussi écoulé sur le marché par des commerçantes à travers un troc dont elles seules ont le secret avec les fabricants de cette denrée. Mais malheureusement, la conservation et la protection de cet aliment cause problème. Situées aux abords des gares routières, ces commerçantes exposent le pain dans de grosses bassines aux soleil et à la portée du vent et de la poussière. Quand on connaît la contenance de nos caniveaux et l'insalubrité qui règne dans nos gares, on peut conclure que naïvement ces femmes, au lieu de nourrir les populations leur vendent plutôt la mort car les acheteurs s'exposent à la fièvre typhoïde, à la tuberculose et autres maladies liées à l'insalubrité. C'est beau à voir ces pains aux couleurs jaunes or mais ce serait encore plus beau si ces pains étaient couverts, rien que pour la santé des populations. En tout cas, le maire Guibony Honoré dont on connaît la rigueur doit tout mettre en œuvre pour amener ces femmes à protéger leurs articles de commerce en les mettant simplement dans des sachets ou en les mettant dans des caisses vitrées comme en en voit dans les grandes villes. Protéger le pain ne pourra pas faire diminuer la clientèle mais au contraire.

Kanou Francklin.

Content created and supplied by: Kanoufrancklin (via Opera News )

daloa duekoué

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires