Sign in
Download Opera News App

 

 

Les délices du riz couché : Expression humoristique des inconvénients de l'excès

Le riz est une bonne céréale. Vous n'imaginez sans doute pas la foule de plaisirs qu'on ressent après une bonne bouchée de riz !

Les grains fins et dociles s'immiscent partout. Sous la langue, dans les mâchoires, entre les dents..., le riz revisite tous les recoins buccaux avant de gagner le palais. Moi, j'adore le riz de Guinée. C'est le riz du peuple. La plèbe attachée à la glèbe en raffole. Les gens d'argent aux boubous délicatement dressés ne jurent que par lui...enfin seulement dans les arènes surchauffées des meetings. Pas dans leurs cuisines immaculées ! Le riz de Guinée se prépare dans une cuisine branlante, de préférence dans de vieilles marmites noircies par la pauvreté. Il est plus doux dans les taudis. Pas sûr les tables garnies de fruits et de bonnes viandes tendres ! Non, ça tue le goût. Moi, j'aime ce riz quand il est couché. Vous pouvez dire rassis ou le riz de la veille ! Moi, je le préfère couché. Bien couché sur son douillet gratin. C'est vrai. Le jour de la cuisson, il est délicieux. Mais le deuxième jour, quand ce riz est un peu comme à son second mandat, il est irrésistible. Fondant, la bonne sauce arachide ou graine a eu le temps d'imprégner tous les grains. Le manger à la main, la bouche dégoulinant de sauce et de poissons secs, le pied replié sur le canapé ou sur la table, c'est indicible. On prend des airs de président. Enfin de président virtuel quoi ! Le riz couché, c'est à nul autre pareil. Mais attention ! Le riz de Guinée est capricieux. Il se laisse manger le premier jour. Le deuxième jour, il vous offre toute la jouissance de vos papilles gustatives. Mais le troisième jour, il se rétracte, il se dresse, il se braque. Il se dit victime de surconsommation. Il se dit victime d'abus, surexploité, '' surmangé ''. Et les conséquences sont incalculables. Le riz de Guinée ne se mange pas trois fois de suite. Les mauvaises langues le disent rebelle au troisième mandat alimentaire. Je ne sais pas si ces mots sont bien placés. Mais je sais que manger le riz de Guinée cuit l'avant-veille est mauvais. Vomissements, diarrhées, silence inhabituel, chutes. C'est le silence qui m'étonne. Tous ceux qui ont mangé du riz de Guinée '' surcouché '' n'ont pas droit à la parole. Ils n'en ont plus le temps. Leurs constants séjours au toilette sont rythmés par des '' Doum Doum '' terrifiants. Le riz de Guinée a la rancune tenace. '' Pour lui ne reste pas dans la marmite '' ! Sacré riz de Guinée...

Dan Singault de Blagouin

Content created and supplied by: DanSingault (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires