Sign in
Download Opera News App

 

 

Un Ougandais se fait de l'argent avec les déchets de banane, une belle idée !

Il s'appelle Muturi Kimani. Avec lui, "rien ne se perd (...), tout se transforme", selon la célèbre phrase du chimiste Antoine Lavoisier. L'Ougandais Muturi Kimani est à la tête de TexFad, une entreprise de transformation des tiges de banane en fibres textiles. L'unité de transformation est basée dans la capitale ougandaise, Kampala où il a installé des machines d'extraction.

(Une panoplie des objets créés à partir de tiges de banane par l'entreprise TexFad)

Les fibres extraites sont séchées au soleil, puis utilisées dans la conception des objets. Ce sont des accessoires de mode ou de la décoration d'intérieur, tous tissés à la main : sacs, chaussures, paniers, tapis, nappes, etc. En plus, les résidus des tiges sont transformés en briquettes de combustible. Une belle idée pour l'environnement et pour l'emploi. Le chef d'entreprise propose aussi aux femmes et aux jeunes filles des formations professionnelles. 

(Considérées comme des déchets agricoles, les fibres de banane trouvent une seconde vie ici)

Muturi Kimani a toujours été attiré et passionné par le tissage. Grâce à son idée ingénieuse, il arrive ainsi à créer du tissu, à générer des revenus et des emplois. Il rachète les tiges de banane aux producteurs locaux, ce qui leur permet aussi d'en tirer quelques revenus.

L'Ouganda est le premier producteur de bananes en Afrique de l'Est. C'est l'un des aliments de base des Ougandais. La matière première ne manque pas donc. Pour le moment, le seul problème que rencontre l'entrepreneur est le coût des machines d'extraction qui varient entre 1 000 et 10 000 dollars pièce (500 000 et 5 millions FCFA).

(Tissu fait main dans les ateliers de l'entreprise)

Créée en 2013, TexFad emploie 23 personnes. Muturi espère faire de son entreprise une référence en Ouganda et en Afrique. Son objectif est d'exporter ses accessoires en tiges de banane dans le monde entier. Il compte dans son portefeuille client des organisations internationales, des particuliers et des entreprises. Ces tissus sont aussi une belle alternative au coton et à la soie. 

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

antoine lavoisier

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires