Sign in
Download Opera News App

 

 

La maladie de la goûte : grands amateurs d'agoutis, de rats et autres, voici ce à quoi vous vous exposez !

Tous les gros consommateurs de viande s’exposent à la goûte, une forme d’arthrose particulièrement douloureuse et invalidante. Cette maladie se localise principalement dans les articulations et provoque des inflammations à ces niveaux.Des mains percluses de goûte (photo:Web)

Dans les villages, il n’est pas rare de voir des vieillards et parfois des jeunes perclus de douleurs, aux articulations ou aux doigts et orteils enflés. Il est fortement probable que ceux-ci souffrent de la maladie de la goûte. Du fait de ces douleurs intenables, ces malades, ils deviennent impotents de la partie du corps atteinte et sont pratiquement une charge de la communauté.

La goûte est une forme d’arthrose caractérisée par des douleurs aiguës, des rougeurs et une sensibilité au niveau des articulations. Des douleurs et des inflammations apparaissent lorsqu’une quantité trop importante d’acide urique se cristallise et se dépose dans les articulations (Wikipédia).

L’acide urique est un sous-produit de la décomposition des aliments lors de la digestion. Cette substance qui se trouve naturellement dans le sang de tous les êtres humains est métabolisée, quand son taux de concentration est normal. Ce taux varie de la femme à l’homme. C’est l’excès de concentration d’acide urique est source d’ennuis de santé graves.

La viande et même le chocolat indexés

Ce qui provoque l’augmentation incontrôlée du taux d’acide urique dans le sang est la consommation excessive de certains aliments comme du gibier, les viandes fumées, les abats (intestin, estomac, foie, etc.) les fruits de mer (crevettes, écrevisses, homards…), les légumes secs, les choux, les champignons, le cacao et le chocolat, etc.

Comme on le voit, la goûte est une maladie de la gourmandise en ceci que la plupart des aliments que nous consommant peuvent faire monter de façon excessive le taux d’acide urique dans le sang, s’ils sont ingérés sans contrôle et à une fréquence qui ne donne pas le temps au corps de stabiliser ce sous-produit de la digestion de ces aliments. Dès lors, la prévention de la maladie de la goûte tient dans l’équilibre alimentaire et la variation de ce que nous mangeons.

La goûte se traite avec des antidouleur et anti-inflammatoires. Ce traitement doit être couplé avec une grande consommation d’eau pour éliminer l’excès d’acide urique et l’arrêt de la consommation d’alcool qui favorise au contraire qui peuvent déclencher la goûte.

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires