Sign in
Download Opera News App

 

 

Sanctions dans le secteur de la santé Voici ce qui est reproché aux cinq agents mis en cause

Cinq (5) fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire du secteur de la santé viennent d’être sanctionnés. L’annonce a été faite le vendredi 21 janvier 2022 par le ministère de la Promotion de la Bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption.  Ces sanction disciplinaires ont été prises dans le cadre de ’’ l’opération coup de poing dans le secteur de la santé’’ entreprises par ce ministère.


Les faits qui reprochés à ces agents, vont de corruption aux diverses infractions assimilées.

Ainsi, il est reproché à Evariste Pierre Aristide N’zi, infirmier diplômé d’Etat, Major du service d’hospitalisation médecine de l’hôpital général de Koumassi, le faits de vente parallèle de médicaments à son propre compte. Quant à Yrebé Gopré Roland, directeur du Centre hospitalier général d’Abobo, il a été reconnu coupable de manque de leadership ayant occasionné des paiements des frais d’hospitalisation, de manque de dispositifs d’accueil et de non-respect des mesures de gratuité ciblée. Habib Ismaël Kalifa, ambulancier au centre hospitalier universitaire de Cocody, la faute qui lui est imputée est ’’ le détournement malade vers une clinique privée’’. Pour sa part, docteur Boro Yves Armand de la formation sanitaire de Port-Bouët 2 à Yopougon, il est coupable de prescription abusive et d’utilisation de circuits parallèles d’examens de laboratoires et de détournements de patients. Le dernier mis en cause qui Yao Bi Djé, président du Conseil d’administration d’AGEFOSYN Niangon, dans la commune de Yopougon, est accusé de surfacturation.


Tous ces fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire, ont été naturellement sanctionnés. Cependant, si certains ont écopé d’un simple avertissement et de suspension de trois mois, d’autres par contre, ils ont été relevés de leurs fonctions et mis à la disposition de l’ANEHCI-LMO et suspendus de toutes activités hospitalières.


Si ses sanctions ont été saluées dans l’ensemble, quelques unes ont suscité des réactions.

En effet, certains observateurs s’interrogent sur le cas de l’ambulancier.

« C'est l'ambulancier qui  signe le papier de l'établissement où l'ambulance doit se rendre avec un patient ? Ou bien les enquêtes préliminaires révèlent que ce dernier froisse le papier du médecin-traitant, refait un autre papier, avec cachet pour la clinique où il détourne les malades ? L'annonce est entourée de zone d'ombre », a estimé un observateur.


Pour cet autre observateur, la sanction infligée au directeur de l'hôpital général d'Abobo, est sévère. « M. Yrebé Gopré ’’est relevé de ses fonctions pour manque de leadership’’. Pendant que des auteurs de détournement sont suspendus pour trois mois. C'est tout de même disproportionné. C'est à croire que le directeur du centre hospitalier régional d'Abobo était déjà dans le viseur des décideurs. La main a été très lourde sur lui », a-t-il fustigé.


Certaines de ces sanctions, semblent certes sévères, mais ces mesures sont à saluer dans l’ensemble car elles permettront d’assainir le secteur de la santé gangréné par divers maux. C’est pourquoi les populations espèrent que ces sanctions dissuadent certains agents indélicats

Shonin

Content created and supplied by: B.RAÏS (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires