Sign in
Download Opera News App

 

 

Promesse de beau sourire, ce dentiste millionnaire devant les tribunaux

Le dentiste millionnaire et ses 450 anciens patients, qui le poursuivent pour « mutilations » dentaires

Une décennie sera presque passée entre l’interpellation de Lionel Guedj, dentiste à Marseille, et son procès, qui aura lieu au mieux en 2022. Certains de ses patients ont, eux, vécu un calvaire.

L’une fond en larmes à chaque fois que ses jeunes neveux lui demandent : « Dis tata, pourquoi ta bouche, elle est noire ? » Une autre raconte qu’elle ne peut plus manger qu’avec ses canines, « comme un lapin ». Une troisième évoque « des abcès à répétition et une mauvaise haleine qui va jusqu’à [la] réveiller la nuit ».


Les récits des patients d’un dentiste marseillais qui doit être jugé pour des violences ayant entraîné des mutilations dentaires traduisent tous l’impatience d’un procès, la trop longue attente d’être enfin reconnu comme victime et de pouvoir être indemnisé. Au point que plusieurs des quelque 450 parties civiles de ce procès à venir s’apprêtent à saisir la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour la durée excessive de cette procédure. « Neuf ans pour des gens qui souffrent affreusement, dont certains mangent encore à la paille, c’est beaucoup trop long. On n’a pas de jugement et on n’a pas non plus d’indemnisation », peste MeLionel Febbraro, à l’origine de la saisine directe de la CEDH.

Une décennie se sera presque écoulée entre le fort écho né dans le sillage de l’interpellation, en novembre 2012, de Lionel Guedj, un dentiste installé dans les quartiers nord de Marseille, et son procès, qui aura lieu au mieux début 2022. En novembre 2019, au terme d’une longue instruction, Lionel Guedj et son père, qui l’épaulait au cabinet, étaient renvoyés devant le tribunal correctionnel pour des« violences volontaires commises entre 2006 et 2012, ayant entraîné des mutilations, à savoir le délabrement, la mortification ou l’extraction de dents sans justification médicale » sur des centaines de patients. Des plaintes arrivent toujours actuellement au parquet de Marseille, de gens souffrant d’infections à répétition, de bridges impossibles à recoller.

Promesse d’un « beau sourire »

Content created and supplied by: Zeusscommunication (via Opera News )

lionel guedj

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires