Sign in
Download Opera News App

 

 

Contre toute attente, la plaisanterie avec sa femme a tourné à la catastrophe. Voilà la cause

incroyable ; je fus aujourd'hui témoin d'une scène horrible à l'hôpital central de mon quartier où je m'y rendais pour honorer le rendez-vous de vaccination de mon neveu Ismaël. L'entrée principale ne reflétait pas la même ambiance qui prévalait dans les chambres d'hospitalisation des malades. Après ma salutation fraternelle au agents de sécurité , je fus dirigé vers le cabinet de l'infirmier réquisitionné pour suivre Ismaël. Et pendant tout ce temps les chambres des malades présentaient un calme absolu. La vaccination terminée je pris mon neveu dans l'intention de retourner à la maison. Et dès que je franchis le seuil de la porte du cabinet ; j'entendis des soupirs et des cris de mécontentement dans une chambre non loin du bureau ou j'étais. Alors curieux je m'approchais pour savoir ce qui se passait. A ma grande surprise je vis un homme couché sur le ventre du nom de Digbeu Jacques ; victime de brûlures superficielles au second degré de la peau du dos jusqu'à la hanche et tout le long du bras droit. Tellement répugnant que j'ai voulu débarrassé au plus vite les lieux que mon neveu m'a retenu par la main.

- Pah - pah - pah - pah , dis je

Et m'informant de ce qui lui est arrivé, à un de ses proches qui le conduisirent à l'hôpital. Et celui ci me relata ceci :

Digbeu Jacques, très friand de la lecture s'est rendu à une conférence de dédicace d'un ouvrage au centre des jeunes et des activités culturelles de notre quartier. Tous les amoureux de lecture y étaient ainsi que des journalistes pour filmer l'événement. Après la présentation de l'oeuvre par l'auteur, l'heure était maintenant à l'étape des questions - réponses utilisé par l'auteur pour faire savoir au public, ses intentions et les perspectives souhaitées dans la réalisation de ce livre. Avec des réponses justes et précises, le public se mit d'accord sur les objectifs visés par cette oeuvre. Enfin arriva le temps de la séparation et pour philosopher l'écrivain tout inspiré dit : 

- Les meilleurs moments de ma vie sont ceux que j'ai passé avec la femme d'un autre homme. 

L'audience était en état de choc, le silence était total et réprobateur ; jusqu'à ce qu'il ajoute : 

- Et cette femme, c'est ma mère.

Tonnerre d'applaudissements et de rires soulagés. Digbeu Jacques qui assit au premier rang choisi alors d'épater son épouse ce soir avec cette pensée. Ainsi après le dîner, il prit d'abord une grosse bouffée d'oxygène et dit en tenant la main de sa femme :

- Les meilleurs moments de ma vie ont été les jours passés avec la femme d'un autre homme. Il temporisait un instant puis entonna :

- Euh ; en se palpant la tête et essayant de se rappeler de la suite qui ne venait pas. Alors sans forcer et sans arrière pensée, il s'arrêta là.

Oh là là ! Inévitable Catastrophe ; quand il reprit connaissance, c'était sur un lit de l'hôpital central, alité, récupérant péniblement des brûlures d'eau chaude versée sur son corps par son épouse.

La plaisanterie est flatteuse peut-être, mais touchant un thème conflictuel, elle devient dangereuse voire mortelle. La parole n'est pas que verbe, mais sens et définition de l'acte qui se dégage de celle ci. Copier , c'est peut être malin mais ne pas le faire tel qu'il est, engendre toujours des représailles.

En bon entendeur salut.

Aurevoir et à bientôt.

Content created and supplied by: Bcrisbely (via Opera News )

Ismaël

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires