Sign in
Download Opera News App

 

 

Voici les 8 fausses idées que l'on a encore au sujet du VIH/SIDA

8 fausses idées que l’on a encore au sujet du VIH/SIDA

Le VIH et la maladie qu’il entraine, le SIDA, sont des problèmes majeurs de santé publique mondiale. L’infection a fait plus de 35 millions de victimes à ce jour selon l’OMS. Environ 37 millions de personnes vivent avec le virus, dont 70 % en Afrique. Le continent étant particulièrement touché, il convient de déconstruire les nombreuses fausses idées qui circulent à ce sujet

(1) Côtoyer des malades du SIDA peut faire attraper la maladie


 

Discrimination et stigmatisation sont les conséquences de cette idée farfelue. La maladie ne se transmet pas par les contacts du quotidien. La peau, les larmes, la sueur, la salive ou l’urine ne causent pas la propagation du virus.

On ne l’attrape pas en respirant le même air qu’une personne infectée, en l’étreignant, l’embrassant ou lui serrant la main, en partageant ses ustensiles de cuisine, ses effets personnels ou la même fontaine d’eau, en touchant quelque chose qu’elle a touchée.

Le VIH ne se transmet que par le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et le lait maternel qui sont des liquides organiques.

(2) Il existe des remèdes miracle contre le VIH

Médecine alternative, douche après les rapports sexuels ou même purification par une vierge n’ont aucun effet sur le VIH. Les prières et les rituels religieux n’ont pas d’effets bénéfiques scientifiquement prouvés autres que le support moral.

(3) Les moustiques peuvent transmettre le VIH comme c’est le cas avec le paludisme

Le sang est un vecteur de propagation. Toutefois des études ont démontré que les insectes qui piquent comme le moustique ne pouvait pas transmettre le VIH. Ce pour 2 raisons :

D’abord parce que quand les insectes piquent, ils n’injectent pas le sang de la personne ou de l’animal qu’ils ont piqué auparavant. Ensuite car le virus ne vit pas très longtemps en eux.

(4) Le VIH ne peut pas se contracter lors de rapports oraux


Il est possible d’attraper le VIH via le sexe oral. Il est tout simplement moins risqué, avec un taux de transmission de 4 cas pour 10 000 actes. D’où la recommandation de l’usage d’un préservatif pour type de rapports avec une personne infectée.

(5) Le préservatif offre une protection garantie à 100 %

Non, malheureusement. Le risque de contamination existe si le condom se brise, glisse ou fuite. C’est pour cela que les populations sont toujours invitées à passer un test de dépistage lors des campagnes.


D’ailleurs, l’OMS estime à 9,4 millions le nombre de personnes qui ont le virus sans le savoir, D’où un risque important de transmission.

(6) Pas de symptôme, pas de VIH

15 ans, c’est la durée qu’une personne peut vivre avec le VIH sans présenter le moindre symptôme.

Certains peuvent au contraire souffrir d’une maladie semblable à la grippe, notamment de fièvre, de maux de tête, d’éruptions cutanées ou de maux de gorge au cours des premières semaines suivant l’infection initiale.

De nombreux autres symptômes peuvent faire leur apparition au fur et à mesure et l’absence de traitement peut entrainer des maladies graves telles que la tuberculose ou des cancers.

(7) On meurt jeune quand on a le SIDA


Pas si on est au courant et qu’on suit rigoureusement son traitement. L’ONUSIDA affirme que 47 % de toutes les personnes vivant avec le VIH n’ont plus de charge virale.

Cela veut dire que la quantité de VIH dans le sang est tellement faible qu’elle devient » indétectable » dans les tests sanguins. Ces personnes ne peuvent pas transmettre le virus non plus, même en ayant des rapports sexuels avec des personnes séronégatives.


(8) La transmission mère-enfant est inévitable


Pas si elles ont une faible charge virale. Comme dit plus haut, ces personnes ne peuvent pas transmettre le VIH.

Content created and supplied by: Abachaducharme (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires