Sign in
Download Opera News App

 

 

Coup d'œil sur " les garbadromes" en Côte d'Ivoire

L’attiéké qui est la célèbre semoule de manioc fait partie intégrante de la cuisine ivoirienne en Afrique. L’attiéké est préparé à partir de pulpe de manioc fermentée qui a été râpée ou granulée.

Ressemblant effectivement à la texture du couscous, c’est un plat commun et traditionnel en Côte d’Ivoire, qui est originaire du sud du pays. La Côte d’Ivoire est l’un des rares pays où poussent et se développent la quasi-totalité des plantes. Cette disposition naturelle, lui offre un éventail très large d’aliments à consommer. Parmi ceux ci, nous avons l’Attiéké. dont la consommation à déjà dépassé les frontières ivoiriennes. Le Garba, l’un de ces dérivés, retiendra notre attention.

Aux alentours des établissements scolaires, des zones industrielles, dans les centres d’affaires, dans les quartiers, au détour d’un regard, vous tomberez net sur la présence d’un " Garbadrome " au pays. Ces baraques dont la salubrité laisse à désirer, ne désemplissent jamais, ou du moins presque pas. A l’intérieur de ces endroits un vendeur, un homme de nationalité nigérienne vous servira de l’Attiéké accompagné d’un morceau de poisson de thon frit, que vous aurez pris le soin de choisir, sur lequel il mettra du piment et une quantité d’huile très noirâtre à votre convenance.

Ainsi, la vente de Garba est devenue un business très juteux pour ces hommes venus du fleuve Niger, cette autre région d’Afrique.En outre, l’environnement insalubre dans lequel prospère cette activité, attire notre attention. Les Garbadromes ont ceci de commun, les odeurs des rejets du poisson thon, les odeurs de caniveaux sur lesquels ils s’installent généralement et leurs cadres impropres. Mais rassurez vous, ces facteurs ne dérangent en rien la grande envie des clients. Pour autant, les autorités gagneraient à y jeter un coup d’œil, sans fondamentalement toucher à son existence...

Content created and supplied by: Petitpimentwemedia (via Opera News )

Côte d'Ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires