Sign in
Download Opera News App

 

 

Morts en cascade dans les Chu : le Pr N’Guessan Koffi Léon-Pacôme dénonce et accuse

Les Centres hospitaliers universitaires (Chu) sont devenus de véritables mouroirs. Des patients y décèdent faute de soins appropriés ou par négligence du personnel soignant. Le professeur agrégé en gynécologie et ancien chef de service par intérim de la salle d’accouchement du Chu de Cocody désigne les coupables.

Les Chu, véritables mouroirs

Trop de morts dans ces établissements sanitaires construits à coup de milliards (Photo montage: T.Sinzé)

La mort récentes des bébés jumeaux du couple Moro, au Chu de Cocody continue de soulever des vagues d’indignation. Le père des défunts, meurtri dans sa chair, a affirmé dans une vidéo que ses bébés sont morts par négligence du personnel soignant. Ces décès précoces des enfants Moro est un petit exemple d’une liste trop longue. Des cas similaires sont vécus au quotidien par la classe la plus pauvre, la plus démunie de la société qui fréquente les établissements sanitaires publics de Côte d’Ivoire. L’élite étant abonnée aux évacuations sanitaires vers les hôpitaux huppés d’Europe et aux frais de la princesse.

La mort des bébés du couple a indigné au plus haut point, le Pr N’Guessan Koffi Léon-Pacôme dont le service est actuellement au centre des récriminations. Nous l’avons rencontré, le mardi 21 avril 2021 à son bureau au Chu de Cocody. L’Agrégé de gynécologique s’incline sur la mémoire des bébés tout en dénonçant ce qui constitue à ses yeux, les causes profondes des dysfonctionnements des structures sanitaires publiques dont la résultante est la mort en cascade des patients-usagers. « Il y a un système de gestion parallèle des hôpitaux qui contrarie les décisions et mesures de la direction » affirme le spécialiste. Le Pr N’Guessan dit qu’il n’a eu de cesse de décrier cet état de fait, depuis une quinzaine d’années, aux différents ministres de la Santé qui se sont succédé, mais rien n’y fit.,

Des pratiques dénoncées

Le Pr N'Guessan Koffi Léon-Pacôme n'y va pas par quatre chemins (Photos: T. Sinzé)

L’ex-chef du service par intérim de la salle d’accouchement se veut plus explicite encore : « Certaines personnes se mettent à la place des directeurs et chefs de service et prennent des décisions, au mépris des règles administratives. Elles agissent comme si elles étaient dans un système autonome dont elles auraient la gestion elles-mêmes ». Quelles sont ces éléments perturbateurs qui provoquent ces dysfonctionnements aux conséquences dramatiques ? Le Pr N’Guessan se refuse d’en dire plus. Il soutient cependant que le mal étant profond, qu’il est prêt à donner à sa tutelle, « sans peur et sans hésitation, toutes les explications nécessaires ». Il s’engage également à expliquer « comment ces pratiques-là peuvent entraîner la mort en cascade dans notre système de santé »

Rien n’est encore perdu

Le spécialiste de gynécologie interpelle les ministres de tutelle

Vu la gravité de la situation et l’urgence, l’Agrégé en gynécologie voudrait lancer d’ors et déjà, un véritable cri de cœur à l’endroit du nouveau ministre de la Santé en lui demandant de diligenter immédiatement « une enquête sérieuse dans les Chu » pour débusquer tous les mauvais grains, source du mal. Il demande par ailleurs à son ministre de tutelle et celui de l’Enseignement Supérieur, également tutelle administrative des Chu de « faire très attention à certains de leurs collaborateurs », carriéristes à souhait et plus préoccupés par des postes juteux que du service public.

Théodore Sinzé

 

 

 

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

chu cocody

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires