Sign in
Download Opera News App

 

 

Les Ivoiriens souffrent en silence...la cherté de la vie étouffe

Difficile d'écumer un quartier d'Abidjan, sans y recenser des jérémiades de populations, étouffées par la cherté de la vie. Dans les ménages, on suffoque.

Et celles qui le ressentent le plus, ce sont les ménagères. Ces mères de familles contraintes de batailler avec l'impossible pour assurer au moins les deux repas quotidiens. Marguerite, à Gonzagueville, quartier Abraham, nous confirme la tendance.

"Vraiment, maintenant là, c'est devenu quelque chose d'autre. La bouteille du litre et demi d'huile que j'achetais à 1100 FCFA, ça fait quelques mois, est monté à 1700 FCFA. Comment est-ce qu'on peut s'en sortir ?". Sa voisine de cour commune, qu'elle appelle "ma jumelle", se mêle à la causerie. Avec humour certes, mais la réalité qu'elle dépeint, est d'une objectivité désolante. "Tout ce qui nous reste à faire, c'est de ramasser nos bagages pour aller au village. Abidjan n'est plus pour nous".

Fait anecdotique illustratif de cette précarité sociale qui se creuse, cette jeune vendeuse de haricots bouillis, à Gonzagueville, quartier des II Plateaux, qui dans la soirée de ce Mardi 13 Juillet, à l'insistance d'une cliente réclamant un rajout de pâte d'accompagnement des haricots, lui rétorque de façon plate: "Après la crise des légumes, je vais t'arranger...".

Oui, les denrées de première nécessité sont en crise. C'est le moins sur lequel l'on peut se mettre d'accord à l'observation de la flambée des prix sur le marché. Ça murmure, ça grogne. On se plaint de partout...mais tous ces griefs restent confinés aux domiciles ou entre connaissances. La vie devient trop chère...tout le monde s'en plaint. Mais, personne n'ose en parler.

Ce Vendredi 02 Juillet, au terme d'une visite de terrain au Forum des marchés d'Adjame, le premier ministre Ivoirien, Patrick Achi, a annoncé la réactivation du Comité National de Lutte contre la Vie Chère (CNLVC), afin de travailler à l'encadrement des prix de certaines denrées alimentaires, indûment augmentées sous prétexte de la crise pandémique de la Covid-19.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

abidjan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires