Sign in
Download Opera News App

 

 

Société / Santé : le lavement intestinal ou purge, une pratique aussi vieille que le monde

Eh oui ! Si vous l’ignoriez, désormais sachez que « se purger » a bel et bien existé dans le passé et même loin de nos contrées subsahariennes du continent noir. Il faut, avant d’aller plus loin, souligner que ce « lavement intestinal » propre à l’Afrique et à l’Asie, aussi appelée ‘’hydrothérapie du colon’’ ou ‘’purge’’ tout simplement, est « une technique ancestrale de détoxification » voire de purification de l’organisme qui, à l’évidence, traverse les siècles. La recherche de fertilité et la toilette intime chez la femme expliquent aussi son usage.L’Egypte reste un exemple stupéfiant et édifiant en la matière. En effet, ce processus de nettoyage des intestins ou du colon qui semble l’apanage des africains remonte à une époque bien lointaine. L’histoire relative à cette pratique thérapeutique ancestrale nous apprend que dans l’Egypte ancienne la santé du régent, le Pharaon, importait autant que les autres rites notamment sacrificiels. Veiller à la bonne santé du Pharaon était donc du domaine du sacré et un important devoir confié à un individu, le ‘’garde-anus’’. Ainsi, lorsque le Pharaon avait un souci au ventre voire des problèmes intestinaux, ce « proctologue » à qui il faisait appel avait pour mission bien naturellement de le soulager. Dès lors, les problèmes relatifs aux hémorroïdes du Roi étaient l’affaire de ce « médecin spécial » qui avait aussi pour tâche de vider l’anus du Pharaon ou les intestins lorsque celui-ci avait ingéré plus de nourriture qu’il ne fallait pour lui faciliter la digestion. Voici ce qu’on pourrait qualifier de pire emploi à cette époque.

Cela dit, vous vous demandez certainement comment se faisait cette purge des entrailles royales. Il faut juste savoir qu’après que les intestins aient été vidés, ‘’le gardien de l'anus sacré y insérait ensuite une canule en or et soufflait de l'eau chaude à travers la canule dans la porte arrière divine’’. Il s’agit là d’une technique des plus efficaces en la matière. Et, le Pharaon n’était pas seul à en faire usage. Les récits sur l’Egypte antique nous démontrent que nombreux étaient les habitants de cette Egypte qui faisant autant. Mais, à la place d’une canule en or, ces derniers utilisaient des tiges creuses. L’eau était ainsi pompée dans les intestins à l’aide de ces tiges.Aujourd’hui, au constat, l’instrument est tout autre. Il a évolué dans le temps et est même présent en pharmacie (poire médicale de lavement). La poire dite à lavement en plastique généralement de couleur orange (le réservoir) surmontée d’un tube notamment de verre souvent vestige d’un stylo à bille local, arbore des tailles et des formes différentes. Elle est visible sur tous nos petits marchés africains et est donc d’un usage aussi familier que celui du sel. En Côte d’Ivoire, 9 foyers sur 10 possèdent une poire à lavement. Ses bienfaits semblent indiscutables malgré que, pour certains, son usage comporte des risques dont par exemple la dépendance, les lésions ou déchirures.Ceux-ci préfèrent une alimentation riche en fruits, légumes et capable de faciliter le transit intestinale voire d’endiguer toute constipation et inflammation du colon (crise hémorroïdaire). Mais, toujours est-il que le lavement évacuateur reste l’apanage de nos sociétés africaines car pour elles, cette pratique permet de prévenir divers problèmes de santé.

Content created and supplied by: A_Michel (via Opera News )

société / santé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires