Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire : La guinéenne déclarée malade du virus Ebola ne l’était pas en réalité, selon l'OMS

Des analyses sur la cause de la maladie de la jeune Guinéenne, précédemment diagnostiquée comme contaminée par le virus Ebola, le 14 Août dernier, ont été menées. Celle qui avait été déclarée malade du virus Ebola par Abidjan, en réalité ne l'était pas. C'est ce que révèle le dernier diagnostic fait dans un laboratoire français au travers d'un communiqué de l'organisation Mondiale de la santé (OMS). 

« Le gouvernement de Côte d’Ivoire a informé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qu’un second laboratoire a analysé les échantillons prélevés sur une patiente suspectée d’avoir Ebola et n’a trouvé aucune preuve de la présence du virus.

Les analyses effectuées par l’Institut Pasteur de Lyon, en France, interviennent après de précédentes analyses conduites par l’Institut Pasteur de Côte d’ivoire, qui ont amené les autorités du pays à déclarer le premier cas d’Ebola depuis 1994. Avec les nouveaux résultats obtenus par le laboratoire à Lyon, l’OMS estime que la patiente n’a pas eu la maladie à virus Ebola et de plus amples analyses sur la cause de sa maladie sont en cours », a indiqué l’OMS.

Résultat qui vient finalement confirmer les doutes de la Guinée.

La Guinée avait émis des doutes quant à la fiabilité du diagnostic effectué sur la patiente, venue de la ville guinéenne de Labé et qui a été déclarée positive à Ebola trois jours après son arrivée en Côte d’Ivoire. Le ministère guinéen de la santé avait écrit à son homologue ivoirien pour solliciter une analyse de reconfirmation dans un autre laboratoire. Dans un premier temps, les autorités de Côte d’Ivoire avaient rejeté cette demande, disant être sûres du diagnostic effectué par l’Institut Pasteur d’Abidjan.

"Les autorités guinéennes doutent du diagnostic clinique, moi je ne doute pas de mon analyse, je suis infectiologue et clinicien, on ne peut pas se tromper dans la présentation clinique", avait déclaré à l'AFP Serge Eholié, porte-parole du ministère de la Santé et chef de service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Treichville à Abidjan, qui a accueilli la malade.

L’histoire a fini par donner raison à la Guinée. 

Il faut rappeler que dix jours après l'annonce du cas présenté comme étant le virus Ebola, à la suite d'analyses de l'Institut Pasteur d'Abidjan, le ministère ivoirien de la santé avait annoncé que la jeune femme était "guérie".

Cette découverte avait été présentée comme le premier cas confirmé d'Ebola en Côte d'Ivoire depuis 1994, dans ce pays voisin de la Guinée durement touchée de 2013 à 2016 et où le virus est réapparu en 2021.

Les autorités sanitaires ivoiriennes avaient réceptionné 5.000 doses de vaccins contre Ebola et démarré le 17 aout une campagne de vaccination des groupes cibles, le personnel soignant qui a été en contact immédiatement avec la patiente et les forces de sécurité déployées à la frontière de la Guinée.

En Guinée, 49 personnes ayant été en contact avec la jeune femme déclarée positive à Ebola ont été recensées et placées en isolement dans la ville. 47 d’entre elles ont déjà terminé leur période de suivi (21 jours) et ont repris leurs mouvements.

Content created and supplied by: Cyclone225 (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires