Sign in
Download Opera News App

 

 

Affectation en sixième : le privé subit une injustice

Les résultats du CEPE ont été proclamés depuis juin 2022. Et le taux d'admission s'est nettement amélioré comparativement à l'année dernière. En effet, la session 2022 a enregistré un taux de 64,76 % contre 52,51% en 2022.

Passée cette phase de proclamation des résultats, la suite logique est l'affection de ces heureux admis dans les collèges de la place. Cette opération qui est conduite par la direction de l'orientation et des bourses, la DOB. Depuis quelques années maintenant, ce sont les parents qui affectent leurs enfants dans les établissements de leur choix. Plusieurs conditions sont édictées par la direction en charge de cette opération sans oublier que celle-ci accorde à l'avance un nombre de places aux établissements secondaires. Ce nombres de places qui varient d'un établissement à l'autre. Mais il arrive que certains établissements notamment privés n'aient aucune place. En clair aucun parent ne peut affecter son enfant dans un établissement si ce dernier n'a eu aucune place accordée par la direction de l'orientation.

Cette situation est défavorable pour le parent qui est censé choisir lui-même l'établissement de son enfant. Pour les établissements privés, c'est une injustice puisque qu'ils sont hors de course pour la subvention. A cette allure, les parents sont en quelque sorte obligés d'affecter leurs enfants dans des établissements qui ne sont pas forcément leur choix ou de payer la scolarité eux-mêmes puisque là l'enfant doit renoncer au statut d'affecté si les parents souhaitent qu'il soit dans une école qui n'a pas de place ou suffisamment.

A titre d'exemple, l'année dernière, dans une agglomération dénommée Bonoufla, à quelques kilomètres de Vavoua, les cinq établissements privés de la localité n'ont eu aucun affecté puisque la DOB ne leur a attribué aucune place pour une quelconque affectation. Il faut réparer ce tort fait aux parents et cette injustice faite aux établissements privés en faisant sauter le verrou de l'attribution de places avant l'affection. Du coup, les parents auront vraiment le libre choix d'affecter leur enfant où ils veulent et cela évitera la course et le manque de sommeil. Quant aux établissements privés s'ils ont une bonne position géographique [puisque c'est généralement le critère de choix des parents qui ont des enfants de plus en plus petits en sixième] ils pourraient avoir des affectés et continuer à vivre.

Content created and supplied by: Yakouser (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires