Sign in
Download Opera News App

 

 

Par deux fois un bébé naît, découvrez ce chirurgien africain à l’origine de cet exploit

Une mère américaine à nouveau enceinte de 16 semaines se rend à l’hôpital pour une consultation prénatale de routine. Ce que les médecins lui révèlent à travers l’échographie va la glacer : le bébé dans son ventre, une fillette, est atteint de tératome sacrococcygien.

C’est une tumeur considérée le plus souvent comme bénigne. La probabilité qu’elle survienne lors de la gestation est de 1 sur 35 à 40 mille. Néanmoins une fois déclarée, elle nécessite un suivi attentionné sans quoi elle pourrait vite prendre des proportions démesurées. Le tératome sacrococcygien dès l’entame rentre en compétition avec le fœtus pour les éléments nutritifs, l’approvisionnement en sang et peut aller jusqu’à tuer le bébé en le privant de ces nutriments.

Selon le site d’information en santé allodocteurs.fr, d’ordinaire quand cette tumeur est détectée, un suivi est fait jusqu’à la naissance et les quelques jours qui suivent la venue au monde du bébé, les chirurgiens s’attèlent à la retirer. Une fois cela fait, l’enfant est surveillé quelques années après la naissance. Quelques fois, quand la tumeur est beaucoup trop volumineuse, une opération du fœtus via césarienne est pratiquée. Cela n’est pas sans risque pour la mère et pour le fœtus.

Une très mauvaise nouvelle pour la mère en gestation

Dans un tel décor, les médecins qu’a vus Margaret Boemer, la dame enceinte, lui diront qu’elle devra procéder à un avortement parce que la tumeur a trop pris du volume et prive le bébé de sang. Tôt ou tard il ne survivrait pas, et la mère se mettrait elle-même en danger à vouloir attendre d’accoucher.

Pour une mère, ce genre de situations est sans doute très pénible. Elle ne savait pas que faire quand le chirurgien nigérian, Dr. Oluyinka Olutoye et son partenaire, Darrell Cass, vont lui proposer une piste risquée, mais qui a le mérite d’avoir une infime possibilité que sa fillette survive. La mère désirant garder son bébé n’a pas hésité à se soumettre à cette opération chirurgicale.

Il s’agissait pour les médecins de pratiquer une césarienne sur la femme enceinte de 23 semaines, de retirer la tumeur et refermer le ventre. Sauf que cette fois, avec le volume important de la tumeur, le fœtus s’est retrouvé dehors. Un fœtus complètement dehors avec le liquide amniotique s’étant déjà suffisamment déversé, c’est une naissance.

Dr. Oluyinka Olutoye va, en pionnier, sortir le fœtus, couper la tumeur et quelques temps après le replacer dans le ventre de sa mère. Cette dernière restera hospitalisée pendant les 13 mois restants. La fillette naîtra en bonne santé à terme et les petites traces de la tumeur seront complètement extraites.  

Ce genre d’opérations où un enfant naît puis est remis dans le ventre de sa mère pour continuer à croître est une première et elle a été réussie par un médecin chirurgien d’origine nigériane en collaboration avec d’autres médecins.

Qui est le Dr. Oluyinka Olutoye ?

Il a fait ses premières études de médecine à l’université d’Obafemi Awolowo au Nigéria avant de se rendre aux Etats-Unis à Virginia Commonwealth University en 1996 pour son doctorat en anatomie. Il dirigera des recherches de pointe ayant trait au bien-être du fœtus. Il est membre influent de plusieurs organisations médicales dont le Collège des chirurgiens de l’Afrique de l’ouest sans compter plusieurs autres aux Etats-Unis. (Afrotech, Naitonwide Children’s).

Si l’on peut faire de telles manipulations avec la matrice humaine, est-ce le début de la fin des maladies congénitales ?  

Content created and supplied by: Sasmisterio91 (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires