Sign in
Download Opera News App

 

 

Ces habitudes que les serveuses de maquis ont et qui agacent leurs patrons


Si les gérants de maquis et bars avaient le choix, ils utiliseraient uniquement les garçons pour faire tourner leurs business. Mais comme le dit le dicton, "là où se trouve la femme se trouve la joie".

C'est pour s'accorder à cette loi de la nature que nos gérants font appel aux jeunes filles. Non seulement elles attirent la clientèle, mais elles font moins de manquants dans les caisses par rapport aux garçons.

Malgré toutes leurs qualités, les serveuses de maquis semblent avoir un problème commun, à savoir qu'elles ont toutes ou presque eu un enfant qu'elles ont laissé au village pour venir se "chercher" à Abidjan.

Là où le problème commence, c'est lorsqu'elles vont à chaque fois pleurnicher auprès de leurs partons que leurs enfants sont malades. Par conséquent, elles ont besoin d'avance sur salaire, soit pour expédier de l'argent au village, soit pour se rendre elles-mêmes au village.

Ce qui rend nerveux les patrons ou gérants de maquis, c'est lorsque ces dernières partent au village et tardent à revenir reprendre le boulot. Ils sont indécis entre prendre une nouvelle serveuse ou attendre leur retour.

Ce ne sont pas seulement les serveuses de maquis qui ont cette habitude, il y a également les servantes de maisons qui se sont perfectionnées dans cette pratique.

Commentez et partagez cet article si vous l'avez aimé.

Content created and supplied by: Edmondethan (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires