Sign in
Download Opera News App

 

 

San-pedro, une semaine après la fête de ramadan

C'est une vérité de La palice de dire que San-pédro est une ville balnéaire.Cette évidence n'échappe pas aux villes riveraines qui ne lésinent point sur les moyens pour apprécier les belles plages de San-pédro.

En effet, il est remarqué que le premier weekend après une fête religieuse;plus particulièrement après la Tabaski ou la fête de Ramadan,des convois sont organisés principalement des villes de Méagui,de Gabiadji voire de Soubré vers les plages de San-pédro.Ce sont des excursions rondement organisées par des personnes ressources.À l'image des touristes occidentaux venant en vacances en Afrique,ces provinciaux (par rapport aux habitants de san-pédro) envahissent dès 10h les plages, débordant d'énergie et soucieux de s'éclater.Ce qui les motive énormément ces deux dernières années est la décision prise par le maire ANOBLÉ FÉLIX de rendre gratuit l'accès aux plages car,comme il le souligne,ces espaces relèvent du domaine public, donc l'accès est ipso facto libre et gratuit.Du corridor sud à la plage,c'est un ballet incessant de cars qui traverse la ville dans un tintamarre digne de prisonniers bénéficiant d'une grâce présidentielle.Aussi bien sur les berges que dans la mer, l'on apprécie la joie extatique des visiteurs d'un jour.Ce samedi 30 Avril 2020,une semaine après la rupture du jeûn,ce déferlement est vécu avec une grande joie et une satisfaction exponentielle par les restaurateurs,les débits de boissons et surtout par les gérants de paillottes,mus dans leur soif à prendre une revanche sur la Covid-19.Cette sortie est devenue de manière substantielle une occasion pour un séducteur d'en mettre plein la vue d'une conquête qui découvre, émerveillée ,l'étendue marine avec ses ressacs .Aux dires de Moussa,venu Dagadji, cette excursion se prépare sur un an; les inscriptions et contributions sont bouclées la veille du début du jeûn.C'est un moment tant attendu pour réellement fêter cette réjouissance religieuse. Notons que ces weekends après les fêtes,sont un moment intense de retrouvailles ;tout le Bas-sassandra répond à cette occasion festive. C'est à une heure très avancée dans la nuit qu'ils rejoignent comblés leurs villes et campements,dans l'attente de revenir une semaine après la fête de Tabaski car avec le début du jeûn s'ouvrent les contributions pour l'excursion de la Tabaski.

Ces moments passés à la plage sont le fruit d'énormes sacrifices financiers et physiques car ils en ont mis à gauche pour vivre pleinement cette journée. Ils seront hyper heureux d'être un narrateur patenté des péripéties et anecdotes qui ont rythmé cette virée au bord de la mer. Comme pour dire " J'y étais."

DJIBI

Content created and supplied by: Guedji (via Opera News )

San

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires