Sign in
Download Opera News App

 

 

Ouganda : il va prendre sa fille car son conjoint n’arrive pas à payer la dot après 5 enfants


En Afrique, unir les deux personnes se fait par l'intermédiaire de la dot. Elle est le plus souvent désignée sous le vocable de mariage traditionnel ou de mariage coutumier. L'Afrique, bien avant la colonisation, avait ses coutumes qui régissaient la vie dans les sociétés.


Laban Sabiti, un commerçant de 29 ans du village de Bishayu, en Ouganda, s’est retrouvé seul avec ses cinq enfants, dont un tout-petit de 13 mois. Il s’est retrouvé à gérer les enfants après que son beau-père, M. Geoffrey Kakona, aurait récupéré sa fille parce que Sabiti n’aurait pas réglé les arriérés de la dot. Un montant de 6 millions de shillings.  


« Il est vrai que j’ai retardé le paiement de la dot de la mariée mais j’avais l’intention de la payer en décembre de cette année. J’ai été surpris lorsque mon beau-père est venu et a pris ma femme, Mme Prize Twikirize même après lui avoir expliqué que j’étais prêt à remplir mon obligation traditionnelle », a déclaré M. Sabiti, qui a déposé une plainte pour négligence envers les enfants auprès de la police.


L’aîné des enfants de M. Sabiti a 10 ans, tandis que le plus jeune tétait encore.


Le Premier ministre du royaume d’Ankole, George William Katatumba, soutien que les normes traditionnelles n’ont pas été respectées dans le cas de M. Sabiti puisqu’il n’y avait pas de mariage reconnu. En disant : « Comme Sabiiti a engendré des enfants, il doit payer une amende qui consiste généralement en de la farine de mil, un jerrycan de Tonto, une chèvre ou un mouton ».


L’officier supérieur de probation du district de Mbarara, M. Steven Tumwiine, a pesé dans le débat, affirmant que le prix de la mariée était interdit par le gouvernement.


« Selon les lois de l’Ouganda, la dot ou le prix de la mariée a été aboli et toute personne âgée de 18 ans et plus a le droit d’épouser un homme ou une femme de son choix. Ainsi, le vieil homme (le père de Mme Twikirize) enfreint les droits de sa fille. Le vieil homme porte également atteinte aux droits de ses petits-enfants en leur refusant la possibilité d’avoir des parents ».


Le tribunal a jugé que : « la coutume du mariage en question n’était pas inconstitutionnelle ». 


Plus tôt, en 2015, la Cour suprême a statué que la pratique consistant à rembourser une dot lors de la dissolution d’un mariage coutumier était inconstitutionnelle.

Content created and supplied by: Terreinfo (via Opera News )

ouganda

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires