Sign in
Download Opera News App

 

 

Abidjan: l'émouvant témoignage d'un petit laveur de pare-brises

Vous les avez forcément croisés à certains endroits de la capitale économique d'Abidjan. Ces enfants qui sautent sur votre pare-brise dans l'espoir de gagner une petite pièce. Voici le témoignage émouvant d'un d'entre eux que nous avons rencontré le vendredi 30 avril 2021 à Marcory.


<< J'habite à Marcory quartier sans-fil, quand je viens ici, c'est pour venir travailler >> avance le petit K L âgé de 15 ans que nous avons rencontré au carrefour '' Cap-Sud '' de Marcory. C'est là-bas qu'il se trouve presque tous les jours avec ses petits amis laveurs de pare-brise. Munis d'une brosse et de produits de nettoyage, ils se faufilent entre les véhicules pour laver les pare-brises. Une fois la tâche accomplie, ces enfants tendent la main au chauffeur en espérant toucher un peu d'argent.

<< Parfois je gagne 2000, 3000, 5000 Fcfa. Mes amis et mois partageons ce qu'on gagne chaque jour que nous venons ici, et on rentre à la maison >> précise fièrement le petit KL. Une manière de gagner leur pain. Mais c'est surtout un travail dur pour ces petits garçons. << Quand je rentre à la maison, mon dos me fait très mal, ça me fatigue, je ne peux pas me coucher >> dit-il. 

Pour les automobilistes qui sont souvent surpris par ces enfants qui se jettent sur les pare-brises et tendent la main, la situation n'est toujours pas facile et confortable. << On le voit se faufiler entre les voitures, parfois dès que tu t'arrêtes il se mette à laver ton pare-brise, quand on voit ça, ça nous touche, on leur donne quelque chose, mais on veut pas les habituer à la facilité >> martèle un transporteur.

La plupart s'inquiète du sort de ces jeunes. << En tout cas, il faut dire que les enfants qui se faufilent entre les véhicules sont exposés à plusieurs dangers. Nous aussi pouvons par inattention marcher sur les pieds d'un des leurs, voir même cogner un enfant sans faire attention >> martèle un autre transporteur.


Derrière cette activité, c'est la question du travail des enfants qui se pose. Le petit KL est toujours au milieu des voitures, et ses parents ne sont pas pour rien. << C'est ma maman qui m'a dit de venir ici pour travailler. Elle dit de chercher un peu d'argent >> raconte le jeune laveur de pare-brise. Comment peut-on laisser ces jeunes dans la rue ? Que font les parents ? 

O.Z commerçante dans la commune de Marcory y voit la réglementation toujours plus strict pour les commerçants. <<Peut-être que c'est le manque de moyens, leurs parents vendent au bord de la route, on leur à demandé de ne plus s'y installer , donc les enfants sont obligés de venir faire ça pour manger >> dit-elle avec un brin de désespoir. 

A.O est un peu plus dur sur la société toute entière qui laisse faire et met en danger ses propres enfants . << Dans les autres pays dits développés, on ne trouve pas ça. C'est dans notre pays qu'on voit les enfants ainsi, ça prouve l'irresponsabilité des parents, du gouvernement, de tout le monde >> 

Ces petits enfants sont souvent insultés, bastionnés. Laveurs de pare-brise, un métier à risque qui est souvent la face cachée de problèmes encore plus sérieux comme la vente de drogue et le banditisme.


Bema Aboubacar...

Content created and supplied by: BemaAboubacarCoulibaly (via Opera News )

abidjan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires