Sign in
Download Opera News App

 

 

Abidjan : marié légalement à une femme, un burkinabè interdit de séjour dans sa maison conjugale


Vu la délicatesse de l'histoire et la vive émotion qui s'en dégage, nous allons attribuer aux deux personnages principaux des noms d'emprunt.

**


Tiendrébéogo, un adulte burkinabè de 49 ans, est accusé de violences conjugales. Marié légalement à Vanessa, c'est un homme assez responsable qui s'occupe des charges de son foyer et entretient son épouse. Faisant la navette entre le Burkina, la Côte d'Ivoire et divers pays pour des besoins professionnels, sa femme et lui vivent souvent séparés, mais finissent par se retrouver dans leur domicile d'Abidjan. Que s'est-il passé pour que les deux époux se retrouvent en jugement ce vendredi 2 Avril au tribunal ?


Voilà. Vanessa a porté plainte contre son mari pour lui avoir porté des coups d'une violence extrême ayant entraîné une itt. À la barre cet après-midi de ce vendredi, ce dernier s'est excusé de son acte incontrôlé tout en le justifiant :

- Madame la juge, de retour d'Ouganda, je rentre chez moi, je toque, et ma femme refuse de m'ouvrir la porte. Pis, je l'entends téléphoner à son amant. Elle lui demande la permission de me laisser entrer ou pas. Est-ce à son amant de décider si je dois accéder à ma propre maison ? Voici ce qui m'a mis en colère et qui a entraîné les violences qui n'ont pas eu lieu d'être et dont je m'en excuse. Les choses se sont dégradées entre mon épouse et moi quand j'ai découvert qu'elle me trompe.


À la barre, Vanessa a déclaré au juge que de toute façon, son époux et elle, sans avoir encore mené les actions officielles, sont sur la voie du divorce et qu'il a même été interdit par un commissariat d'habitation dans leur demeure, en raison de leur mésentente. Elle a dit avoir refusé de le laisser entrer parce que craignant ses violences en plus de n'avoir pas droit de visite.

- Madame, savez-vous que ce n'est pas à un commissariat de vous délivrer un papier qui interdirait votre mari d'accès à sa propre maison ? a rétorqué la présidente du jury. C'est un dossier qui relève exclusivement du juge matrimonial. Avez-vous approché un juge matrimonial ?

- Non madame la juge, je ne savais pas la procédure à faire.

- Avez-vous engagé les démarches pour obtenir le divorce ?

- Non...

- C'est ce qu'il faut faire quand vous estimez que vous ne pouvez plus cohabiter. Sinon à l'heure actuelle, c'est encore votre mari...


Tiendrébéogo a dit que c'était lui qui avait en charge la maison et diverses dépenses et qu'il est arrivé des moments où Vanessa et lui parlassent de réconciliation. Sa femme ne s'est pas constituée partie civile. Le procureur a demandé une condamnation du prévenu à 6 mois de prison assortie de sursis.


Sur la base de ses coups à son épouse ayant entraîné une itt, Tiendrébéogo a été condamné par le tribunal à 1 mois de prison ferme et à une amende de 100.000 francs.


Estimant que son épouse le trompe, l'époux est devenu violent envers elle. La situation au foyer s'est dégradée, et il l'a battue sévèrement un jour qu'il est revenu de voyage. En fin de compte il s'est retrouvé en prison. Conclusion, la colère ne résoud rien. Face à la femme, même quand on est remonté, il faut faire des efforts sur soi pour ne pas lever la main au risque de se retrouver derrière le cachot après une plainte diligentée par elle.


Louis-César BANCÉ

[email protected]



Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

abidjan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires