Sign in
Download Opera News App

 

 

Les 4 raisons pour lesquelles les terroristes veulent prendre la Côte d'Ivoire, selon Dr A. Banga


Au cours de l'émission NCI 360 qui se tint ce dimanche 25 Avril, 20 heures 30, sous la modération du journaliste Ali Diarrassouba, l'historien Arthur Banga a évoqué 4 raisons pour lesquelles les terroristes veulent absolument prendre la Côte d'Ivoire, eux qui se sont déjà signalés dans le nord du pays notamment par des attaques à Kafolo fort heureusement repoussées par nos forces régaliennes. Les 4 raisons les incitant à s'installer en Côte d'Ivoire, selon Docteur Arthur Banga, sont les suivantes :

«

1- Pour les terroristes, la Côte d'Ivoire est dans leur vision du sahel, du prolongement de l'Afrique de l'ouest. Il n'y a pas de différence entre le Burkina et le Mali, c'est une continuité.


2- Pour les terroristes, la Côte d'Ivoire est la vitrine de l'Occident en Afrique occidentale. L'idée à la base étant de toucher des intérêts occidentaux, quand on ne peut le faire en occident, on le fait en Afrique dont le meilleur ami est la Côte d'Ivoire.


3- La Côte d'Ivoire c'est le poids économique de l'UEMOA.


4- L'accès à la mer. Ils veulent tisser des connexions avec d'autres groupes terroristes et autres grands bandits pour développer leur réseau de trafic de drogue international, trafic d'organes, etc.

L'ensemble de ces facteurs peut nous mettre au cœur des objectifs de ces groupes terroristes.

»


Le Docteur Guipié, politiste et professeur a l'Université, a, lui, donné les raisons particulières de l'attaque de Kafolo :


« Kafolo est un petit village dans le nord. C'est une zone stratégique. Sa proximité avec le parc national de la Comoé, plus d'1,5 million d'hectare, intéresse les terroristes. Kafolo donne sur des ouvertures au Burkina Faso. Cette région peut être pour eux la tête de pont pour leur trafic d'organes, d'êtres humains. »


L'ensemble des participants au débat se sont félicités de ce que jusqu'à présent, il n'y a pas d'ivoiriens à l'intérieur de ces groupes terroristes. Ils ont salué la structuration militaire de notre pays et parlé de l'avantage des moyens aériens que n'ont pas nos voisins. Cependant, comme le risque zéro n'existe pas, nos spécialistes du plateau ont indexé des conditions de vie précaire de certains ivoiriens qui pourraient constituer un pan de porosité des terroristes. L'argent est susceptible de faire fléchir un citoyen en situation d'indigence. Or les terroristes ne lésinent pas à utiliser ce moyen à des buts de détournement de l'esprit, de corruption. Pour combattre donc cette menace, l'État doit veiller à une répartition égale des richesses nationales en faisant ressentir les fruits de la croissance dans les régions les plus reculées, notamment dans le nord, pour ne pas faire de certains de nos concitoyens pauvres, des proies faciles aux tentacules des terroristes.


Louis-César BANCÉ



Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

dr a. banga mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires