Sign in
Download Opera News App

 

 

Le ministre de la Justice s'oppose à la déclaration de Diana Blé et apporte des précisions

L’étudiante Diana Blé, est confrontée aux géants de la justice ivoirienne, car sa sortie sur la Nouvelle Chaîne Ivoirienne lui crée d’énormes problèmes. La jeune dame qui fait avait la prison pour avoir profané la tombe de feu Dj Arafat, dit avoir vu une fille de 8 ans à la Maison D’Arrêt et de Correction d’Abidjan. Elle a aussi dit que les cellules féminines comportaient entre 50 et 60 pensionnaires dans les cellules.

Cette affirmation Diana Blé n’est pas du tout apprécié par les autorités judiciaires ivoiriennes, car selon Adou Richard, c’est des accusation non fondé à l’endroit de la justice ivoirienne. Le code pénal de la loi 113 ne permet pas à un mineur de moins de 10 ans d’être inculpé pour des infractions mineures.

Après Richard Adou c’est le ministre de la Justice monsieur Sansan Kambilé qui est monté au créneau pour apporter un démenti contre ce qu’a dit Diana Blé. « les déclarations de la dénommer Diana BLÉ, sur les antennes des chaînes de télévision RTI1 et NCI, relayées par les réseaux sociaux et tendant à faire croire qu’elle était détenue à la Maison d’Arrêt et de Correction (MACA), dans une cellule contenant 50 à 60 personnes, relèvent, tout autant que celles concernant la prétendue détention en ce même lieu d’une mineure de 08 ans, condamnée pour vol, de la pure affabulation » , a indiqué la première autorité de la justice ivoirienne.

Poursuivant Sansan Kambilé a apporter d’énormes précisions sur la situation des femmes détenus « C’est le lieu pour le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme de faire savoir que le nombre des femmes pensionnaires de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan n’a jamais excédé trois cents (300). À ce jour, sur l’ensemble des trente-trois (33) prisons, les détenues avant jugement sont au nombre de 264 et celles déjà condamnées, au nombre de 286 », a précisé le service de communication du ministre Sansan Kambilé, avant de terminer :

« A la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan, le quartier des femmes, séparé de celui des hommes, comprend onze (11) cellules, dont quatre (04) de 59 m2, accueillant entre 35 et 40 femmes chacune ; une cellule de 40 m2 abritant quinze femmes (15) et six (6) cellules de 11 m2, accueillant entre 7 et 15 femmes. La répartition des détenues par cellule est faite par les femmes elles-mêmes, qui s’organisent à l’intérieur du bâtiment. »

Cela dit Diana Blé est “mal barrée“ comme on le dit dans le langage ivoirien. Néanmoins, jusqu’à présent, aucune n’a été lancée contre cette ancienne pensionnaire de la MACA.

Content created and supplied by: LeSageIvoirien (via Opera News )

adou richard diana blé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires