Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire casse de la BCEAO: "Gbagbo demeure poursuivi devant la justice" selon le porte parole du gouvernement

"Nous savons tous que la Cour pénale internationale a poursuivi M. Laurent Gbagbo pour des infractions de crime contre l’humanité commis au cours de 5 incidents très précis que la cour a listée. Je me souviens qu'il y avait la question des violences survenues à la RTI, qu’il a eu la question du bombardement à Abobo, au marché Siaka. Il y a eu la question des femmes qui ont été tuées le 3 mars et deux incidents qui ont eu lieu à Yopougon. Donc il y a eu 5 incidents spécifiques précis qui ont été pris en compte par la Cour pénale internationale. Ceci étant, les autres chefs d’accusations n’ont pas été pris en compte par la Cour pénale internationale et Monsieur Laurent Gbagbo a beau être étonné, il demeure poursuivi devant la justice ivoirienne pour des faits qui sont totalement différents de ces incidents", tels sont les propos du porte parole du gouvernement lors du compte rendu du Conseil des ministres, présidé par le Président Alassane Ouattara ce mercredi 20 Octobre 2021.

Depuis son retour en Côte d'Ivoire, le doute planait encore sur son amnistie ou non dans l'affaire du "casse de la BCEAO" lors de la crise poste électorale de 2010-2011. Un casse pour lequel Laurent Gbagbo a été condamné à 20 ans de prison. Et bien, des précisions ont été apportées par le porte parole du gouvernement, Amadou Coulibaly. Selon le porte parole du gouvernement, Laurent Gbagbo demeure poursuivi devant la justice pour des faits totalement différents des accusations pour lesquelles il a été jugé par la Cour Pénale internationale.

Amadou Coulibaly a tenu également à apporter des éclaircissements sur le sort des militaires emprisonnés depuis la crise poste électorale dont Laurent Gbagbo réclame la libération depuis son retour. Pour ce dernier, les militaires, miliciens et autres groupes armés encore en détention, "ont été condamnés en raison de crime de sang qu’ils ont commis".

Rappelons que c'est lors d'une rencontre jugée historique entre le président Alassane Ouattara et l'ex président Laurent Gbagbo qui a eu lieu le mardi 27 juillet 2021 que l'ancien Président, Laurent Gbagbo avait remis une liste d’une centaine de prisonniers d’opinion toutes tendances politiques confondues et demandé la libération de ces prisonniers. Une requête à laquelle le président Alassane Ouattara a répondu en partie. En effet, le 6 Août dernier, à la veille de la fête de l'indépendance, le Président Alassane Ouattara a annoncé avoir pris plusieurs décrets pour la libération provisoire d’une soixantaine de personnes incarcérées à la suite des manifestations de l’opposition contre son troisième mandat en octobre-novembre 2020. De plus, dans la journée du vendredi 6 août dernier, certains prisonniers avaient reçu leurs tickets de sortie. Parmi ceux-ci, figuraient N’dri Narficisse, directeur de Cabinet de Henri Konan Bédié et Aguédé Paulin, membre de la direction du Front Populaire Ivoirien (FPI) proche de Laurent Gbagbo (FPI-GOR). Selon Alassane Ouattara « Les autres cas étaient encore à l’étude. Une étude qui est apparemment terminée.

NKAM

Content created and supplied by: NaomieKAM98 (via Opera News )

alassane ouattara bceao laurent gbagbo yopougon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires