Sign in
Download Opera News App

 

 

ÉChos du tribunal de Yopougon : Battue par son époux, la belle famille porte plainte

Âgé de 46ans,Y.K,cadre dans une entreprise de la place, est jugé en flagrant délit, devant le tribunal correctionnel de Yopougon, pour les faits de coups et blessures volontaires à l'encontre de Mme S.P.Y son épouse.

Comment ils en sont arrivés là.Les faits, tels que racontés par Mme S.P.Y devant le juge.

<< Y.k,mon époux et moi sommes mariés depuis une quinzaine d'années et tout allait bien. Depuis le courant du mois de septembre 2020, le comportement de mon mari a changé, pour un rien,il m'insulte et me bat.Jai toujours dit qu'il allait changer et en plus c'est le père de mes enfants. nous en avons trois>> Le juge l'arrêta et demanda qu'elle parte à l'essentiel,en lui posant la question suivante. << Qu'est ce qui s'est passé le 14 février 2021?>>.

Mme S.P.Y répondit : << ce jour-là était la fête de saint Valentin, la fête des amoureux, mon mari et moi devrions sortir avec des amis, mais à ma grande surprise,il ne rentra pas à la maison. Ce n'est que le lendemain 15 février à 15heures que je l'aperçois dans un maquis plein air au quartier. Je rentre à la maison et j'envoie mon fils appeler son père. Il arrive deux heures du temps plus tard. Je lui fais savoir son mauvais comportement et il commence à s'énerver, je le laisse au salon,je rentre dans la chambre et il me suit, m'empoigne par les cheveux,me frappe un violent coup au visage et je tombe, il continue en me rouant de coups sur tout le corps, mes cris et pleurs alerterent les enfants qui vont appeler les voisins qui viennent à mon secours pour m'enlever de ses"griffes". Ce sont mes voisins qui m'ont conduit à la clinique pour me soigner. Comme l'indique le certificat médical, j'ai une incapacité de 20jours. Mr le juge, vous même, vous voyez l'ampleur de mes blessures, c'est comme ça ma grande sœur est allée porter plainte et la gendarmerie est venue l'arrêter >>.

Le juge rappela Y.K à la barre en lui posant la question de savoir qu'est cequ'il en pense ?

Mr Y.K, le regard pensif, ne semble pas très bien comprendre ce qui lui est arrivé ce jour là. Revenu de sa torpeur après l'interpellation du juge, il reconnut les faits et se mit à pleurer en s'excusant :<< je ne sais pas ce qui m'est arrivé, c'est ma femme, je l'aime,je ne veux plus retourner en prison, les deux semaines là-bas ont été un enfer pour moi. Je vous en supplie Mr le juge, je ne vais plus recommencer >>.

La femme revient à la barre pour répondre à la question du juge, à savoir si elle voulait être dédommager par son mari s'il était déclaré coupable.

A la surprise générale de l'auditoire, la femme se mit à pleurer en suppliant le juge de libérer son mari, qu'elle ne veut pas qu'il parte en prison ;<< c'est le père de mes enfants, c'est ma famille qui a porté plainte,on a déjà réglé ça à l'amiable.Mr le juge, je vous demande pardon, libérez mon mari...>>. Toute la salle est restée abasourdie. Ah les femmes...

Après concertation entre les différents juges ,Y.K, fût déclaré coupable des faits de coups et blessures volontaires et fut condamné à 6 mois de prison avec sursis. Comme il venait de purger 2 semaines à la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan ( MACA), cela lui servira de leçon. Chacun allant à son propre commentaire.

De ce qui précède, nous retenons que les violences conjugales sont légions et visibles sous nos Tropiques dans nos différents foyers, et ce sont les mêmes victimes qui font que cela perdure, toujours à cause des enfants" c'est le père de mes enfants", toujours le même refrain. Quand est ce que cela prendra t'il fin ?

Édité par Ben ZORO

Content created and supplied by: serybibenjamin (via Opera News )

yopougon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires