Sign in
Download Opera News App

 

 

Rafles policières : populations, voici ce que vous devez faire quand vous êtes raflés injustement

Une rafle est une opération policière d'interpellation et d'arrestation de masse de personnes prises au hasard sur la voie publique ou visant une population particulière.

Pour garantir le succès de l'opération, les organisateurs comptent particulièrement sur l'effet de surprise afin de limiter au maximum les possibilités d'y échapper. Sur le plan légal, la rafle est d'ordre administratif et placée sous le contrôle de l'autorité politique.

Mais de plus en plus cette opération policière est grandement critiquée dans sa mise en œuvre au niveau du district Abidjanais. Nombreuses sont les plaintes de citoyens qui accusent les agents de police d'agir de façon abusive dans cette opération allant même contre les droits des populations.

Le Tribunal Militaire, par la voix du contre amiral Ange Kessy a tenu donc à réagir et soumettre des directives aux populations :

"Opérations de rafles

Ce qu'il faut faire si vous êtes raflés injustement :

Après les premières sanctions qui avaient suivi suite aux mises en garde du Commissaire du Gouvernement l'année dernière, certains de nos concitoyens ne savent toujours pas la voie à suivre s'ils sont injustement raflés et surtout si cela est suivi de racket ( certains sont libérés moyennant des montants payés aux agents de police).

Ceci est inadmissible et ne devrait pas continuer selon le Contre-amiral Ange KESSI.

Le cas du policier qui a été accusé pour avoir abusé de son autorité en raflant injustement une dame est encore parlant.

Le Commissaire du Gouvernement avait déjà promis: je n'hésiterai pas à arrêter quiconque serait mêlé dans une affaires de rafle où je serai saisi par une plainte avait-il indiqué.

Les rafles sont régies par des consignes claires.

Quiconque viole ce consignes s'expose à des sanctions.

En se référant à ces déclarations du chef du parquet militaire, dame E V avait porté une plainte au Tribunal Militaire d'Abidjan courant du mois de février 2020. Elle avait mis en cause l'officier Y K. de la police nationale.

A la suite de l'enquête, cet officier de la Police Nationale avait été placé sous mandat de dépôt à la Maison d'arrêt militaire d'Abidjan (MAMA) sur instruction du Commissaire du Gouvernement pour les faits d'abus de pouvoir, tentative d'extorsion de fonds et violation de consignes.

Notre police nationale, dans toutes ses missions de sécurisation doit faire preuve de professionnalisme dans le respect des droits de l'homme; une police au service de la population."

Comme dame E V, chères populations vous êtes donc invités à ne point hésiter à saisir le parquet du commissaire du Gouvernement lorsque vous faites face à une opération injuste de rafles.

Aimé. Y

Content created and supplied by: Aimé.Y (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires