Sign in
Download Opera News App

 

 

Crise ivoirienne 2010: y a-t-il eu une justice internationale sélective ? Said Penda donne son avis

Alassane Ouattara à gauche, Laurent Gbagbo à droite.


Ce dimanche 13 juin 2021, le journaliste Saïd Penda a dressé une tribune dans laquelle il donne son avis sur la question de la justice internationale relativement à la crise ivoirienne de 2010. Pour lui, il n'y a pas eu de justice sélective.


Au sortir de la crise meurtrière de 2010, l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo accusé de crime contre l'humanité s'est retrouvé devant la Cour Pénale Internationale ( CPI ) pour un long procès qui s'est soldé par un acquittement définitif de l'ancien président ivoirien. Pour beaucoup, le fait que Laurent Gbagbo soit le seul a être devant la justice et non Alassane Ouattara laisse penser à une justice internationale sélective. Pour ceux-ci, il fallait juger les deux protagonistes de la crise. << On entend ainsi des gens affirmer que la guerre post-électorale ayant opposée deux camps, on ne peut poursuivre une des parties et pas l’autre. C’est le lieu de rappeler que gbagbo n’a pas été poursuivi pour avoir fait la guerre, la guerre en elle-même ne constituant pas un crime au regard des lois internationales. La guerre a cependant des règles, et ce sont ces règles que l’ex-président ivoirien était accusé d’avoir violées.>> avance le journaliste. Citant le cas de la Yougoslavie, Saïd Pendant martèle qu' " Il serait donc inintelligent de tenter d’asseoir l’idée selon laquelle les deux parties dans un conflit commettent forcément des actes répréhensibles ''.

Pour donner du crédit à ses assertions, Saïd Penda laisse lire sur sa page facebook << Alassane Ouattara est au pouvoir depuis 10 ans et il n’y a pas eu un seul assassinat d’opposants ou de communautés supposées hostiles à son régime. Même pendant de violentes manifestations de l’opposition, comme ce fut le cas lors du boycott actif de la présidentielle l’année dernière, les consignes, sous Ouattara, sont telles que ce sont les forces de l’ordre qui paient de leur vie, pour éviter qu’un civil tombe au cours de leurs interventions. En Décembre 2000, je suis envoyé spécial de la BBC en Côte d’Ivoire et j’ai encore le souvenir de cette marche pacifique de protestation du parti de M. Ouattara contre le rejet de sa candidature aux législatives, pour des motifs fallacieux. La manifestation tourne au carnage. Des forces de l’ordre tirent à bout portant sur des manifestants aux mains nues. Les organisations des droits de l’Homme établiront un bilan d’au moins 300 morts >> ajoute-t-il.

Selon le journaliste Saïd Penda, il n'y a pas eu de justice internationale sélective dans le fait que Laurent Gbagbo soit le seul a comparaitre devant la justice et pas Alassane Ouattara.


Bema Aboubacar...

Content created and supplied by: BemaAboubacarCoulibaly (via Opera News )

alassane ouattara laurent gbagbo said penda saïd penda

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires