Sign in
Download Opera News App

 

 

Son propre petit frère lui prend 1.500.000 F pour la faire intégrer la Douane : le deal tourne mal !


En Décembre 2020, Kouassi Adjoua, jeune femme ivoirienne de la trentaine, habitante de la ville de Daloa, reçoit un appel de son petit frère Kouassi Yao depuis Abidjan :

- Bonjour grande sœur. C'est urgent. Il faut que tu viennes à Abidjan, j'ai une très bonne opportunité de travail pour toi.

- Qu'est-ce que c'est ?

- Il s'agit d'une opportunité d'entrée à la Douane. Viens que je te présente quelqu'un qui peut t'y faire intégrer.


Adjoua informe son mari et fait son baluchon, prenant le car pour Abidjan où à HMA, son petit frère lui présente à un monsieur très raffiné qui dit avoir un réseau d'intégration à la Douane ivoirienne. Mais pour être sélective, il faut débourser la somme de 1.600.000 francs...


Adjoua retourne à Daloa et annonce la bonne nouvelle à son époux. Quelques jours après, elle expédie l'argent, par e-money, pour le compte de son petit frère Kouassi Yao qui est l'intermédiaire entre le monsieur de la Douane et elle. Il ne se passe même pas assez de temps que la locatrice de la cité des antilopes reçoit un coup de fil :

- Félicitations Adjoua ! Votre concours d'entrée à la douane a marché. Venez à la capitale pour bénéficier d'une formation.


Très heureuse, la future douanière organise une grande fête dans son quartier, mangeant, dansant et buvant pour célébrer son bonheur. Pendant ce temps, deux de ses amis l'approchent et lui disent : « si tu arrives à Abidjan et que c'est vraiment bon pour toi, n'oublie pas de nous brancher au monsieur, pour que nous aussi entrions à la Douane. Nous pouvons lui verser l'argent depuis Daloa, comme tu l'as fait... » Adjoua acquiece. Le 25 Janvier 2021, elle prend à nouveau le car pour sa formation à Babi. Elle arrive à Yopougon, accueillie par son petit frère Kouassi Yao, qui l'envoie loger dans une maison au quartier Lokoua... Là-bas, Adjoua apprend qu'elle ne bénéficiera pas d'une formation pour la douane, mais qu'elle est là pour être formée au réseautage et rouages de QNET, la société internationale de marketing de réseau. Selon le témoignage qu'elle fait de son aventure, son frère et les responsables de QNET lui ayant donné une chambre de séjour, ils l'ont séquestrée et espionnée, découvrant dans son téléphone des conversations dans lesquelles deux personnes de Daloa veulent lui envoyer de l'argent pour emboîter ses pas. Ordre est donné à Adjoua de dire à ses amis que l'affaire de la douane est bonne, et qu'ils peuvent envoyer le fric. Disant craindre pour sa vie, elle qui est surveillée au millimètre près, elle donne son okay à ses camarades lesquelles expédient 1 million chacun sur le compte de QNET de Yopougon en croyant avoir souscrit pour un réseau douanier...


Profitant d'une inattention de ses ''geôliers" cinq jours après son arrivée dans la maison de Yopougon Lokoua, Adjoua s'échappe de sa « prison » et va porter plainte au commissariat pour escroquerie et abus de confiance. Son frère Kouassi Yao et deux autres personnes de l'entreprise QNET sont arrêtés et déférés à la MACA les 19 et 23 Avril 2021. Passés en jugement le lundi 3 Mai au tribunal, ils se sont défendus à la barre, niant avoir séquestré Adjoua comme elle le prétend dans son récit. Kouassi Yao, le frère consanguin ( même père mais pas même mère ) de la victime, a une autre version des faits :

- Monsieur le président, elle ment, quand elle dit que je l'ai inscrite à QNET de force. Quand elle est arrivée, son argent était encore avec moi, elle pouvait le reprendre si elle le voulait. Je lui ai dit que je lui avais parlé de douane mais qu'en réalité il s'agissait de QNET. Je lui ai présenté l'activité, son mode de fonctionnement, et elle a donné volontairement son accord pour l'adhésion. Ainsi nous avons procédé à son inscription. Jamais nous n'avons confisqué son portable comme elle le prétend. C'est elle-même qui a convaincu ses deux amis de Daloa, afin que ceux-ci nous envoient l'argent de leurs adhésions.

- Et qu'a-t-elle dit à ses amis de Daloa pour qu'ils envoient l'argent. Qu'il s'agissait de la douane ou de QNET.

- Euh.. La douane.

- Maintenant, vous-même, Kouassi Yao, quand vous avez rencontré votre sœur en décembre 2020, vous lui avez dit qu'elle devait donner l'argent pour entrer où. À la douane ou à QNET ?

- À la douane, répond Kouassi en bégayant.

- Et pourquoi ne lui avoir pas dit dès cet instant qu'il s'agissait de QNET ? En réalité vous vous êtes constitué en faux dès le départ. Le délit est consommé dès l'instant où vous faites du mensonge votre appât pour emberluer votre victime...


Kouassi Yao et ses deux complices que sont Irié et Assalé, ont été condamnés à payer 3.600.000 francs à Adjoua. Une somme dans laquelle les amis de cette dernière ont bien évidemment leurs parts. Le tribunal a expédié les trois prévenus en prison pour 1 an. Ils devront également au ministère public une amende de 50.000 francs.


Louis-César BANCÉ

[email protected]



Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

kouassi adjoua

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires