Sign in
Download Opera News App

 

 

Oumé : l'unique type de véhicules qui défie les dangereuses routes de Guépahouo

Oumé, l'une des grandes localités de production cacaoyère de la Côte d'Ivoire souffre énormément du manque de routes en bon état. Alors, partir de Oumé à Sakaouo dans la Sous-préfecture de Guépahouo n'est possible qu'à bord de véhicules très spéciaux.

C'est peut-être prendre volontairement un rendez vous avec la mort en décidant de parcourir les routes du département de Oumé. Ce, à bord d'un certain type de véhicules de transport en commun. Mais cela est loin d'être un jeu. Parce que par manque de bonnes routes, pour partir de la ville de Oumé au village de Sakaouo, dans la Sous-préfecture de Guépahouo, le seul moyen de transport qui sied et peut-être obligatoire est le Badjan ou le 22.

A bord de ces vieilles et dangereuses carrosseries, chaque voyage semble infernal. C'est à juste raison que la devise des Badjans, habitués des pénibles routes de la Sous-préfecture est '' Dieu seul, garant du voyage ''. Les voyageurs dont aucun autre choix de véhicule semble s'offrir à eux, sont dans l'obligation de payer chacun 1500 FCFA pour une trentaine de kilomètres. Après quoi, Cap est mis sur Sakaouo où il faudrait arriver par la grâce de Dieu. Ce, après avoir passé deux heures d'angoisses à bord des Badjans qui n'offrent aucun confort à ses occupants.

En Dieu, il faut croire

Paul Konan

Content created and supplied by: Paulyfamienkoffi (via Opera News )

Oumé Sakaouo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires