Sign in
Download Opera News App

 

 

Critique d'art - les coups de la vie : au seuil de l'irréel

CRITIQUE D'ART


LES COUPS DE LA VIE: AU SEUIL DE L'IRRÉEL


Une mère qui dans la détresse décide de s'en référer aux génies des eaux de son village pour ressentir la joie de la maternité. La loi du donnant donnant, comme on le dit chez Raymond Basile à Poy. Le génie te donne son bien.

Des histoires comme celles-ci, il en existe à profusion dans nos familles. Chez nous les AKAN, surtout Agni et Baoulé, le génie de l'eau est bien souvent appelé à la rescousse. Mais la contrepartie est énorme.

Dans ces épisodes, le réalisateur nous oppose deux religions, le christianisme et la religion de nos pères. Comme toujours la dualité de la civilisation occidentale est opposée à celle de nos pères. Difficile choix quand soi-même on est chrétien. Une chose est sûre, l'on ne pourra jamais reprocher à l'africain de croire en Dieu hier comme aujourd'hui. La manière seule diffère.


Dans ces épisodes, l'on est tenté de se demander s'il ne faut tel on fait des examens prénuptiaux pour ressortir la compatibilité du couple, en faire de même de façon spirituelle. Seulement l'amour n'en a cure. Comme dirait Edith, on s'en cogne mais de ouf. Voilà dépeint des réalités que nous vivons, que de nombreux couples vivent.

Nos acteurs, surtout mon poto Jean Eudes a joué, bien joué, l'amoureux qui reste factuel, limite il m'a fait pensé à Apéa Zouzou quand il sourit niaisement et vrai. Que dire de la femme du génie et de la femme de Dieu, elles nous ont servi du haut niveau d'éplorées. Aaaah mon petit KLOSSRI, mon coup de cœur. Le fiston nous a rappelé que Nollywood est aussi chez nous avec sa version génie en paires de soul. 😂😂😂.


Il y'a une partie qui a également retenu mon attention. La femme de Dieu occupée à prêcher l'évangile délaissant son foyer, permettant à sa meilleure amie de combler son absence conjugale. La nature n'aime pas du tout le vide. Surtout quand il s'agit de la libido masculine. Le doyen Isaie Biton Coulibaly l'a dit : le lit est tout le mariage, alors si tu ne peux pas, ma chère Allah n'est pas obligé selon feu Amadou Kourouma.

J'aime cette façon du cinéma ivoirien de nous faire aimer notre 7ème art. Nous attendons les adaptations cinématographique des frasques d'Ebinto pourquoi pas. Mais en attendant, je kiffe grave les coups de la vie.


À la semaine prochaine... Pour les critiques d'art.

Content created and supplied by: Boy225 (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires