Sign in
Download Opera News App

 

 

Assaillants capturés à Abobo : Ce qu'il faut redouter derrière ce coup de mercenaires

Il s’agit de l'une des attaques contre des cibles militaires, les plus risibles de l’histoire de la Côte d’ivoire. L’attaque dans la nuit du 20 au 21 Avril d’une caserne militaire de la commune d’Abobo, dans le nord d'Abidjan, continue de surprendre, plusieurs heures après son annonce par les services du ministère de la défense. 

Au cours du ratissage qui a suivi la riposte des soldats Ivoiriens, des individus, présumés coupables de l’attaque, ont été arrêtés par l'armée. Les fouilles menées sur eux ont permis, aux enquêteurs de découvrir certaines pièces à conviction établissant une connexion entre eux et de probables commanditaires. 

Seulement, la nature des pièces brandies par les autorités sécuritaires fait peu de place à une thèse privilégiant un assaut organisé contre ce camp militaire. Quelques armes automatiques, machettes… 

Peut-t-on déstabiliser un pays avec un équipement aussi précaire et caduc ? La véritable question qu’il faudra se poser au vu de cette attaque, qui à en croire les FACI, a été fatale à ses auteurs qui y auraient perdus 3 hommes, est de savoir les réelles motivations des commanditaires, s'il en existe. Les aventuriers de ce 21 Avril avaient sans doute d’autres objectifs, ou étaient-ils envoyés pour des objectifs qu’eux-mêmes ignoraient. 

Au-delà des spéculations abusives auxquelles certains sont tentés de se livrer, cette attaque pourrait être la conséquence directe des menaces terroristes qui planent sur la Côte d’ivoire, selon les renseignements Français. Les personnes capturées peuvent être d’origine Libérienne, mais dans une sous-région hantée par le trafic d'armes et de drogue, les interconnexions entre djihadistes et mercenaires de pays du Golfe de Guinée, peuvent créditer l’hypothèse d’un croisement d’intérêts. 

Le mode opératoire de ce 21 Avril trahit des intentions clairement dissimulées des mandataires de cette attaque, qui, il faut le redouter, peuvent avoir infiltrés profondément la société Ivoirienne comme en avertissait Bernard Emie, patron des renseignements extérieurs de la France. 

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

abobo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires