Sign in
Download Opera News App

 

 

Reportage exclusif à Kafolo : "Les soldats sont sur le qui-vive permanent", selon Le Nouveau Réveil

Deux semaines après les attaques djihadistes sur la localité de Kafolo, dans un reportage exclusif paru dans le quotidien Nouveau Réveil, ce jeudi 29 avril 2021 fait un récit de la vie quotidienne à Kafolo.

Selon le journal, la nuit à Kafolo, "est une nuit de cimetière dans le camp qui vit sur le qui-vive. Les soldats sont lourdement armés, ils sont aidés parfois par les éléments de l'unité d'intervention de la Gendarmerie Nationale (UIGN) qui prennent des positions stratégiques avec le doigt en permanence sur la gâchette".

Comme l'illustre ce témoignage rendu par le journal d'un soldat. «Nous dormons les yeux ouverts comme le caïman » lance-t-il dans un éclat de rire.

Et d'affirmer que face à cette situation, «La vie à Kafolo est devenue un enfer et pour les populations et pour les forces de défense et de sécurité».

Aujourd'hui, selon le journal, avec le phénomène de djihadistes, la peur et la psychose se sont désormais installées chez les populations qui ne peuvent plus vaquer à leurs occupations. «Il est difficile pour nous de rentrer en brousse pour le ramassage des noix de cajou», à faire savoir le président des jeunes de Kafolo, Traoré Laissa, avec un air très inquiet.

En plus de l'impact social, le journal expose les conséquences sur la ville et ses infrastructures économiques. «Même l'hôtel" Kafolo Safari Lodge" qui faisait la fierté du village est fermé à cause des attaques djihadistes et le promoteur blanc est parti laissant derrière lui le site en ruines avec ses deux autruches, 5 jeunes chimpanzés et quelques canards affamés.»

Fin mars, le détachement des Forces armées de Côte d'Ivoire (FACI) basé à Kafolo, dans le nord du pays, dans la région du Tchologo, a éte visée par une attaque. C'était la deuxième attaque attribuée aux djihadistes, dans cette localité.

L'attaque avait causé la mort de deux soldats Ivoiriens. La première attaque avait causé la mort de onze soldats. Début février, Bernard Emié, patron du renseignement extérieur français, a affirmé qu'Al-Qaïda au Sahel développait un "projet d'expansion" vers le golfe de Guinée, en particulier la Côte d'Ivoire et le Bénin.

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

kafolo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires