Sign in
Download Opera News App

 

 

Parade de djihadistes dans une rue d'Abidjan ? Attention à l'intox

Après la diffusion d'une vidéo non datée qui circule sur les réseaux sociaux depuis mardi 24 août 2021, ceux qui ont vu les images s'inquiètent d'une menace djihadiste à Abidjan, la capitale ivoirienne. Pour cause, l'information crée la psychose (ou l'accentue), d'autant que les auteurs laissent croire qu'il s'agirait de présumés djihadistes ou de personnes faisant la promotion de l'État islamique en Côte d'Ivoire. Les deux individus qui se déplacent en moto, dans la vidéo, portent un drapeau blanc avec des inscriptions en caractères arabes, à l'encre rouge. À part que la scène aurait été filmée "au niveau du carrefour 9 kilos" (Cocody-Riviera 3) avec d'autres suppositions, l'information reste totalement incomplète et floue.

(Drapeau de l'État islamique)

Même s'il est difficile de déchiffrer correctement ce qui est mentionné sur le drapeau, le rapprochement avec le fanion de l'État islamique serait quelque peu hasardeux.

Le drapeau auquel s'identifient les combattants djihadistes est de fond noir, avec des écritures en caractère blanc (images ci-jointes). Il est identifiable parmi tant d'autres.

Aussi, il serait tout de même curieux que des djihadistes ou leurs sympathisants s'illustrent ainsi, en pleine ville sachant que les services de renseignement pourraient surveiller leurs mouvements.

(Une procession de musulmans pendant l'Achoura)

L'hypothèse que l'on pourrait cependant émettre est celle d'une parade, à l'occasion de la célébration de la fête d'Achour, par les musulmans notamment les chiites. Cette commémoration a lieu annuellement le dixième jour de "muharram" qui correspond au premier mois du calendrier musulman. Cette année, la célébration a eu lieu du mercredi 18 août au jeudi 19 août 2021. Dans les pays comme le Liban, l'Iran, l'Irak... les musulmans chiites, vetus de noir, défilent dans des processions de deuil, écoutent des élégies et distribuent parfois de la nourriture votive.

(Le drapeau aperçu dans une rue d'Abidjan présente des similitudes avec celui que portent les musulmans pendant l'Achoura)

Cette fête commémore le massacre de l'imam Al Hussein (petit-fils du prophète Muhammad), de certains membres de sa famille et de ses partisans par le calife omayyade, Yazîd 1er, à Kerbala près du fleuve Euphrate en Irak. C'était le 10 octobre 680. Cette date correspond au 10 muharram de l'an 61 (selon le calendrier hégirien). Mais pour les musulmans sunnites, la fête de l'Achoura se réfère plutôt à la sortie d'Égypte des enfants d'Israël et se rattache à la tradition juive.

Tout compte fait, musulmans chiites ou sunnites, célèbrent cette fête entre deuil et joie. Elle est toutefois considérée comme mineure par rapport aux fêtes du Ramadan et de la Tabaski.

Même si pour l'heure, nous n'avons pas pu rentrer en contact avec les communautés arabes étrangères vivant en Côte d'Ivoire, selon une musulmane ivoirienne qui s'est confiée : «ce genre de parades sont souvent pratiquées par des frères (...) ici pendant le Achoura». Elle pense que les autorités devraient sensibiliser ces derniers sur la sensibilité du moment.

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires