Sign in
Download Opera News App

 

 

10 soldats burkinabés tués dans une attaque : Sam l'Africain exprime sa compassion et interpelle les dirigeants africains

Les faits. Au moins une « dizaine de morts » dans une attaque djihadiste contre un convoi de ravitaillement des populations, lundi, près de la localité de Gaskindé. Cette attaque dans le nord du Burkina, est la deuxième dans ce mois de septembre. Une barbarie de trop pour la Nouvelle alliance de la Côte d'Ivoire pour la patrie (Nacip) présidée par Sam l' Africain.


«Pour la deuxième fois dans ce mois de septembre, le Burkina Faso pleure les siens. Dans un communiqué publié hier Mardi 27 Septembre 2022 sur son site officiel, l'armée du Burkina Faso annonce la mort de 10 soldats et la disparition d'une cinquantaine de civils au cours d'une embuscade tendue par des djihadistes à l'escorte de sécurisation d'un convoi de ravitaillement dans la région du Soum, le lundi 26 septembre dernier», a indiqué ce mercredi la NACIP.

Pour la formation politique de l'opposant ivoirien Mohamed Sam Jichi, «Le constat est clair. Il ne se passe pas de jours sans qu'on entende qu'une attaque a été déjouée ou encore, qu'une attaque a été perpétrée dans l'un des Pays frères du Sahel. Si les Gouvernements et les gouvernants font régulièrement de gros et beaux discours pour en relever les causes, les effets et souvent les stratégies de défense, la mise en œuvre réelle de tous ces projets continuent de faire défaut». 


Notons que dimanche dernier, un autre convoi escorté par l’armée, était la cible d’une attaque à l’engin explosif improvisé. Il était parti de Dori, chef-lieu de la région du Sahel, pour ravitailler la ville de Sebba. Ces attaques djihadistes massives qui endeuillent le pays de Paul-Henri Sandaogo Damiba et plusieurs de ses voisins ces dernières années, sont l'œuvres de mouvements armés affiliés à Al-Qaida et au groupe Etat islamique. Le confrère Le monde, souligne d'ailleurs que depuis 2015, les attaques récurrentes y ont fait des milliers de morts et provoqué le déplacement de quelque 2 millions de personnes. C'est pourquoi Sam l'Africain, de son côté, estime que «Le terrorisme dans le Sahel, puisqu'il est pernicieux et instrumentalisé, est à prendre au sérieux et demande que tous les États sahéliens en particulier et Africains en général, se mettent ensemble». 

L'ivoiro-Libanais Pro-Gbagbo reste convaincu qu'«Il est temps que nos dirigeants et nos institutions sous régionales, prennent la peine mesure des choses, et mutualisent leurs efforts dans la vérité, la sincérité et la fraternité, pour venir à bout du djihadisme dans le Sahel. Il est temps qu'entre nous, pays Africains, nous arrêtons de nous jeter mutuellement, dans l'ombre, et le plus souvent à la demande des colons, des peaux de bananes... Qu'on arrête d'être la main qui fait tomber nos frères».


 Panafricain dans l'âme, l'ex membre de la galaxie patriotique de Charles Blé Goudé, a comme à chacune de ses prises de paroles, appelé à une Afrique unie. «Aimons-nous et entraidons-nous. L'on n'est jamais assez fort seul... C'est ensemble que l'Afrique lèvera la tête... C'est ensemble que l'Afrique vaincra... C'est ensemble que l'Afrique dominera le monde. Toutes nos condoléances au peuple frère burkinabè», a conclu sur sa page Facebook


Mamadou Ouattara

Content created and supplied by: MamadouO (via Opera News )

burkina faso côte d'ivoire sam l'africain

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires