Sign in
Download Opera News App

 

 

Rumeurs de coup monté contre Gbagbo après l’attaque de Tougbo : Pourquoi c'est du faux!

Ils sont nombreux dès la publication par le site d’informations Ivoirtv.net sur sa page YouTube, de la dépêche sur l'attaque de Tougbo dans la région du Zanzan, au Nord-ouest de la Côte d’ivoire, à tenter d’établir un lien avec le retour programmé de l’ancien président Laurent Gbagbo, pour le 17 Juin prochain.

Visiblement persuadés de l'existence d’un complot contre l’arrivée de l'ex chef d’état, certains internautes n’ont pas hésité à cracher des commentaires accusateurs à l'encontre du régime qu'ils soupçonnent de fomenter des attaques pour accabler l’ancien président et ses partisans, et ainsi entraver son retour.

Aussi suspicieux que puisse être le climat sociopolitique en Côte d’ivoire, la thèse du complot ne pourrait que difficilement prospérer dans une analyse objective de la situation sécuritaire en cours.

Depuis la chute du régime de la Jamahriya de Mouammar Kadhafi, immédiatement suivie par l’éclatement du conflit séparatiste au Mali en 2012, le terrorisme islamiste a commencé à se disséminer dans le grand espace Ouest-Africain.

Progressivement, les mouvements islamistes actifs dans le Moyen-Orient se sont déportés en Afrique de l’ouest en multipliant les branches armées chargées de prolonger leurs idéologies radicales dans le Sahel et ses environs, avec les variantes que l'on sait en termes de méthodes ou d’organisation.

Au bout de quelques années, déjà jusqu’en 2016, le Burkina Faso, en plus du Mali, du Nigéria, du Tchad et du Niger, a sombré dans l'horreur. Du coup, il devenait évident, surtout avec les premières incursions d’Ansar Dine en territoire Ivoirien en 2015, puis l’attentat de Grand-Bassam en Mars 2016, que la Côte d’ivoire était devenue une cible potentielle pour les groupes djihadistes.

La vague d'attaques que subit le pays depuis Juin 2020, en pleine recrudescence de la violence djihadiste dans la sous-région, confirme le caractère dangereux et particulièrement sensible du bassin sécuritaire dans lequel évolue la Côte d’ivoire.

La localisation au nord des attaques de ces derniers mois, s’inscrit dans la suite logique de la mise en garde des renseignements extérieurs Français qui évoquaient en Février dernier, des infiltrations en masse sur le sol Ivoirien, et des risques élevés d’attaques de nature terroriste.

Le contexte ainsi défini, auquel il faut intégrer la perméabilité des frontières, écarte de façon systématique la thèse du complot spécifiquement dirigé contre Gbagbo Laurent, même si les enquêtes ne permettent pas à ce jour de situer l’opinion publique Ivoirienne sur l’identité exacte des instigateurs de ces attaques en l'absence de revendications formelles. Laurent Gbagbo revient.


Et ces réactions épidermiques ont tout de même le mérite de faire ressortir chez ses partisans, la nervosité qui les anime à l’approche de l’événement.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

laurent gbagbo mali mouammar kadhafi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires