Sign in
Download Opera News App

 

 

Comme la RDC, et si la Côte d'Ivoire se tournait vers les USA pour combattre les terroristes?

Pour mieux outiller ses forces dans la lutte contre le terrorisme qui menace ses frontières avec la percée des terroristes de l'ADF, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC), autorisait la semaine dernière, le déploiement de forces spéciales Américaines dans le parc des Virunga, avec pour missions "d'apporter un appui à l'armée dans la lutte contre le terrorisme et aux gardiens des parcs nationaux des Virunga et de Garamba devenus le sanctuaire des forces terroristes", selon un article d'apr.fr, publié le 18 Août.

Actif sur le territoire Congolais depuis le début des années 2000, après avoir été débouté de l'Ouganda où le mouvement est né en 1995 pour lutter contre le pouvoir de Yoweri Museveni, l'ADF est depuis 2017, affilié à l'organisation État Islamique.

Certes, en Côte d'Ivoire, aucun mouvement djihadiste n'est officiellement implanté, mais la persistance d'informations inquiétantes faisant état de la présence de groupuscules terroristes dans le nord du pays, appelle à des mesures d'urgence pour contrer l'ancrage du fléau dans les zones frontalières.

Après l'attaque de Mars 2016, puis la vague d'attentats contre les positions des Forces armées Ivoiriennes depuis Juin 2020, la situation sécuritaire s'est fortement détériorée. Il faut ajouter à ces actes terroristes la mise en garde des renseignements extérieurs Français, le 1er Février dernier, sur le risque élevé d'attentats en Côte d'Ivoire.

La psychose est encore montée d'un cran depuis ce Dimanche 22 Août, avec la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux, prétendument tournée dans la zone de Tengrela, et montrant de présumés djihadistes, en train de débarquer à motos sur le territoire Ivoirien.

Cette vidéo a conduit le préfet de région à convoquer une réunion sécuritaire d'urgence, d'autant plus qu'en Mai, des dizaines d'individus armés avaient fait irruption à Bolé pour intimer les populations de cesser toute forme de collaboration avec les forces armées en leur fournissant des renseignements. La menace sécuritaire est tangible.

Et alors que l'état Ivoirien semble privilégier un partenariat avec la France qui en Juin dernier, inaugurait l'Académie Internationale de Lutte Contre le Terrorisme (AILCT) à Jacqueville, près d'Abidjan, une implication plus active de Washington dans cette lutte, devrait s'avérer tout aussi, sinon plus judicieuse.

Plus rodée aux défis sécuritaires antiterroristes, les USA pourraient s'avérer un partenaire déterminant pour l'état Ivoirien. Plus proche geostrategiquement de la France, la RDC a pourtant fait le choix de s'appuyer sur le savoir-faire Américain en matière de lutte contre le terrorisme.

Au-delà du simple partage de renseignements et de l'assistance technique, l'action antiterroriste de Washington en Côte d'Ivoire, devrait pour être plus efficace, toucher directement le terrain avec le déploiement de soldats Américains aux côtés de leurs pairs Ivoiriens.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

congo rdc côte d'ivoire usa yoweri museveni

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires