Sign in
Download Opera News App

 

 

Grand-Bassam / Destruction de la Mangrove : un Opérateur économique tire la sonnette d'alarme

Photos/La destruction continuelle de la Mangrove appelle à une prise de conscience collective de la population du Sud-Comoe

La Côte d'Ivoire est confrontée à divers problèmes environnementaux. Son écosystème est fortement agressé par des actions humaines, et la nature en souffre profondément. La région du Sud-Comoe n'échappe pas à ce phénomène de destruction de la nature. Plus grave, la mangrove qui permet d'avoir du poisson dans nos eaux a été dévastée à 35% et le couvert végétal à 95%, selon les explications de la direction départementale des Eaux et Forêts. Des chiffres alarmants qui ont amené le Rotary Océan de Grand-Bassam présidé par M.Ouattara Alhassan à tirer la sonnette d'alarme: "L'heure est grave" a martelé le Président Ouattara, d'entrée de jeu.

Face à cette situation préoccupante, le Rotary club Océan de Grand-Bassam en collaboration avec la Cellule Civilo-Militaire entend prendre le taureau par les cornes. Sous l'impulsion de Monsieur Ouattara, une grande journée du planting d'arbres, notamment des palétuviers est annoncée dans la zone d'Azurreti d'ici fin juin. Pour monsieur Ouattara, une restauration de la Mangrove s'impose impérativement à tous. D'où la convocation d'une grande réunion d'informations et de concertation hier vendredi 27 mai au Wharf Hôtel de Bassam pour entretenir les parties prenantes sur les dangers que courent les populations du Sud-comoe devant ce phénomène de destruction de la mangrove. C'était devant les autorités préfectorales, sous-prefectorales, municipales et coutumières. Des engagements de la réussite de cette opération ont été pris solennellement : 

" C'est une joie pour nous parce que cette réunion a mobilisé toutes les parties prenantes visées par ce projet , je veux parler de la notabilité, tous les corps militaires confondus, la population etc, pour qu'ensemble on puisse parler des dangers auxquels tous sommes exposés dans le Sud-comoe, avec ce phénomène de destruction de la mangrove. La mangrove n'existe pratiquement plus dans nos eaux et cela a d'énormes conséquences sur la vie de la population. Vous voyez aujourd'hui que, non seulement il y a de moins en moins de poissons sur le marché, mais le coût est devenu très élevé. C'est l'une des conséquences directes de cette pratique. Il faut donc vite faire quelque chose" a expliqué le président Ouattara. 

Pour lui, "L'heure est grave" si rien n'est fait. C'est toute la Côte d'Ivoire qui va en pâtir. D'où le lancement de cette opération de "un habitant, un palétuvier". Au cours de cette opération, ce sont 3000 palétuviers en raison de 1000F/palétuvier qui seront plantés bientôt à Azurreti. Un village qui, à en croire les témoignages des habitants, souffre de la disparition de sa mangrove :

" Il faut que tout résident du Sud-Comoe s'engage dans cette opération pour sauver notre région. On peut se priver au moins d'une bière pour payer un pied de palétuvier qu'on va planter pour sauver nos eaux qui n'ont plus de mangroves, ces mangroves qui font qu'on a beaucoup de poissons dans nos eaux" a-t-il souligné.

Le Commandant Teapoinhi Stéphanie, Directrice Départementale des Eaux et Forêts de Grand-Bassam a renchéri l'idée du Président Ouattara en invitant toutes les couches sociales de la région à une synergie d'actions autour de l'opération afin de sortir de Bassam et de tout le Sud-comoe du danger qui guette la région avec cette destruction continuelle de la Mangrove.

José TETI

Content created and supplied by: Jose_Teti (via Opera News )

côte d'ivoire mangrove sud-comoe

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires