Sign in
Download Opera News App

 

 

Mali / Un observateur crache ses vérités : "Si jamais l'armée Française quitte le Mali, on verra pire"

Ce sont des propos qui provoqueraient systématiquement des réactions épidermiques dans le contexte politique actuel au Mali, mais la pertinence de l’analyse d'Adama Coulibaly, patron du groupe de presse, Global Media à Bamako sur la nouvelle configuration militaire qui se dessine, décrit avec une objectivité indéniable la réalité de la situation sur place.

24 heures après l’annonce par le chef de l’état Français, Emmanuel Macron, de sa décision de retirer les troupes de Barkhane en représailles à l’installation de la junte au pouvoir, le confrère nous partageait ce Vendredi 11 Juin sa lecture de cette décision arrêtée par l’état Français.

Témoin des événements dans son pays, depuis l’éclatement en 2012 des premiers conflits avec les mouvements sécessionnistes, fécondés plus tard par des groupes intégristes opérant dans la région Sahélienne et au Maghreb, il rappelle : ‘’Quelque soient les actions que la France mène au niveau du Mali, force est de reconnaître que la France a sauvée le Mali des djihadistes. Parce que les djihadistes avaient toutes les possibilités de marcher sur Bamako. C'est grâce à l'intervention de l'armée Française que la situation s'est quelque peu stabilisée’’.

En effet, les forces armées Maliennes ont constamment subi des revers face aux djihadistes ou aux groupes séparatistes dans des conditions parfois amères.

Parmi les épisodes les plus sanglants, ceux des 17 et 21 Mai 2014, à l'issue desquels les soldats Maliens avaient dû s'enfuir de Kidal, qu'ils contrôlaient en partie depuis le camp 1 grâce au soutien des forces internationales.

La défaite face au MNLA, la rébellion Touarègue de l'Azawad, tout comme d'autres enregistrées dans des affrontements avec les groupes djihadistes qui ont parfois manqué de peu de descendre sur la capitale, avait fini par mettre à nue l’impréparation de l’armée Malienne.

Ce sont justement ces facteurs conjoncturels qui amènent Adama Coulibaly à cette conclusion : ‘’si jamais l'armée Française quitte le Mali, on verra pire que ce qu'on a vu depuis 2012’’.

Avec plus de 5000 hommes engagés sur le front dans le cadre de l’opération Barkhane contre les djihadistes au Sahel, l’armée Française était jusqu’à présent l'un des principaux soutiens du Mali et des autres états de la région dans la lutte contre la montée en puissance de l'ogre islamiste. 

Raoul Mobio 

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

bamako d'adama coulibaly djihadistes emmanuel macron kidal

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires