Sign in
Download Opera News App

 

 

Une nouvelle attaque contre la Côte d’Ivoire, un soldat tué

Le chef d’état-major général des armées de Côte d’Ivoire, le général de Corps d’armée, Lassina Doumbia a fait un communiqué ce mardi 08 juin. Il y est fait état d’une attaque d’une position de l’armée dans le nord-est du pays.

L'armée a une fois encore été attaquée (photo d'illustration tirée du web)

Un soldat ivoirien tué. C’est le bilan de l’attaque subie par les soldats ivoiriens dans la localité de Tougbo, département de Bouna, frontière du Burkina Faso. Cette autre attaque qui a eu lieu dans la nuit du mardi 08 juin aux environs de 21 heures comme l’atteste le communiqué de l’état-major général a été le fait d’hommes armés dont l’identité n’a pas encore été révélée.

Cependant, on sait que le lieu de l’attaque est situé dans le périmètre du parc national de la Comoé dont le département de Bouna constitue la frontière est. Cette zone frontalière à avec le Burkina Faso est devenue particulièrement criminogène, depuis que les terroristes djihadistes, profitant du dense couvert végétal, l’ont choisie comme base opérationnelle.

L’attaque de Tougbo vient après celle de Grand-Bassam, en 2014, les deux attaques de Kafolo, la première, le 10 juin 2020, ayant fait 14 morts, tous des soldats et 6 blessés et la deuxième du lundi 29 mars 2021 faisant six morts. La dernière avant celle d’hier est celle qui a eu lieu contre la force de projection de l’armée à Anyama. Selon les autorités militaires, l’attaque d’Anyama n’a pas de lien avec celles du nord. Celle-ci serait selon ces autorités « un coup d’Etat » tenté par des hommes armés venus du Liberia.

Toujours est-il que la Côte d’Ivoire est depuis longtemps, dans le viseur des djihadistes. Ceux-ci tentent même de créer une enclave islamique dans la partie nord de la Côte d’Ivoire, frontalière du Burkina Faso. On sait que le 7 mai dernier, une vingtaine de Djihadiste avait pris d’assaut le village de Bolé, une localité de la zone criminogène, et à l’heure de la prière musulmane. Les terroristes avaient alors tous les fidèles à la mosquée et les avaient menacés de représailles pour toute collaboration avec l’armée nationale.

C’est le signe que les terroristes ont gagné en confiance. Il est fort à craindre que profitant de la psychose causé par les récentes attaques au Burkina qui a fait plus de 200 morts dans le village de Solhan (frontière nord-est avec le Niger), dans la nuit du vendredi 4 à samedi 5 juin et des incertitudes qui règnent actuellement au Mali, suite au dernier coup d’Etat, les djihadistes étendent leur terrain de crimes gratuits et aveugles un peu plus vers le sud de la Côte d’Ivoire.

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

burkina faso ivoire lassina doumbia

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires