Sign in
Download Opera News App

 

 

Manifestations contre la France au Niger et au Burkina: qui sont ceux qui manipulent les populations?

Au moins deux morts ont été signalés ce Samedi 27 Novembre à l’issue des affrontements entre des civils Nigériens et des soldats Français, dans la ville frontalière de Téra, près du Burkina Faso.

 

Des violences qui font suite aux rixes des 19 et 20 Novembre à Kaya, au Burkina Faso, lorsque des manifestants Burkinabè, suscités par les soupçons de collusion entre l’armée Française et les djihadistes, ont tenté d’empêcher le passage du convoi militaire Français vers le Niger.

 

Certes, au bout de ces deux manifestations qui n’ont cependant pas empêché le convoi militaire en provenance de la Côte d’Ivoire de poursuivre son chemin, le bilan en terme de pertes en vies humaines n’est pas comparable aux tueries perpétrées en 2004 à Abidjan. Mais, des questions s’imposent tout de même face à cette tendance qui devient hystérique dans la sous-région Sahélienne.

 

Qui sont ces manipulateurs tapis dans l’ombre qui comme avec les Ivoiriens, se servent de la naïveté des populations à des fins propagandistes ? Les vrais problèmes sont pourtant là. Il est clair que la responsabilité de l’Occident et en particulier de la France est clairement engagée dans le pourrissement de la situation sécuritaire au Sahel, depuis le déclenchement de la guerre en Libye en 2011.

 

Cependant, l’expansion du phénomène djihadiste qui croît sur des germes conflictuels antérieurs, est manifestement favorisée par la gestion très souvent contestable des politiques intérieures des états. Les facteurs ne manquent pas pour expliquer la dégradation du climat sécuritaire au Sahel. La France est indexée. Pourtant, les réalités qui sous-tendent cette crise sont entretenus en permanence par les détracteurs de Paris.

 

Les ingrédients pour concocter la recette anti-terroriste qui passe inéluctablement par un renforcement du tissu social et de l’unité nationale dans les pays visés, sont à portée de main. Il suffit pour chacun des dirigeants des états concernés de créer les conditions d’une cohésion au sein de la classe politique et des populations. C’est connu, il est difficile de vaincre un peuple uni.

 

L’actualité politique dans ces pays tend à laisser perplexe quant à la volonté sincère de réconciliation des gouvernants. Par ailleurs, il n’est certainement pas du ressort de la France d’aguerrir les soldats au front ou de les ravitailler en provisions. Que ce soit au Burkina Faso, au Mali ou même au Niger, chacun de ces pays dispose d’officiers militaires issus d’écoles de guerre à qui l’occasion est enfin donnée de faire valoir leurs galons.

 

Doit-t-on reprocher à la France le délaissement des soldats d’Inata qui pendant deux semaines ont tiré la sonnette d’alarme sur le manque de vivres dont ils souffraient ? Dans ce cas, il faudrait aussi demander à l’état Français de tenir directement les rênes du Burkina pour coordonner les actions de sécurité. Sans cela, la responsabilité de Paris dans le drame d’Inata ne saurait en aucun cas être engagée.

 

Dans cette fronde propagandiste contre la France, les Africains devraient faire montre de réalisme et d’objectivité. Ce serait déjà un bon début plutôt que de se complaire à jeter constamment la faute de ses échecs sur autrui…

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

burkina: manifestations manipulent populations?

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires