Sign in
Download Opera News App

 

 

Nord de la Côte d’Ivoire : Les terroristes cherchent-t-ils à devancer la France sur le terrain ?

Depuis le sommet de l'administration locale, la menace est prise très au sérieux. Selon l'Agence Ivoirienne de Presse (AIP), la vidéo qui circule depuis au moins 24 heures sur les réseaux sociaux et montrant des bandes armées dévaler à bord de motos dans le département de Tengrela, à la frontière Malienne, a fait l'objet d'une réunion "du conseil départemental de sécurité" que présidait ce Lundi 23 Août, le préfet de région.

À l'issue de cette rencontre, informe l'AIP, "le préfet a invité les forces de défense et de sécurité à rester vigilantes et la population à garder son calme et à une franche collaboration avec les FDS pour déjouer cette menace". 

Même avec les attaques récurrentes subies depuis Juin 2020 aux abords des zones frontalières du nord de la Côte d’Ivoire, les Ivoiriens n'avaient que très rarement vus des images aussi réelles de ces agresseurs venus des régions du Sahel. Si la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux est authentique, cela vient confirmer les craintes évoquées par les renseignements extérieurs Français en Février dernier, sur les risques élevés d'attaques terroristes dans le pays. Des hordes armées qui s'aventurent ainsi en territoire Ivoirien, avec cette sérénité déconcertante, cela ne saurait laisser indifférent. Comme les états du Sahel, la Côte d'Ivoire semble clairement se trouver dans l'œil du cyclone.

Le 09 Juillet dernier, au terme du sommet du G5 Sahel, le chef de l’état Français, Emmanuel Macron, avisé de la menace djihadiste qui se concentre désormais vers le Golfe de Guinée, annonçait un redéploiement des troupes de Barkhane vers les pays côtiers.

Les groupes djihadistes en activité dans la région ont-t-elles à leur tour, pris la mesure de la pression que s'apprête à exercer sur eux l'armée Française? Visiblement oui.

Mus par l'expérience vécue avec les forces Françaises sur les théâtres Burkinabè et Malien, les djihadistes semblent avoir opté pour une stratégie d'anticipation.

Renforcer leur présence sur le terrain, prendre leurs marques, investir les zones libres...la France qui devrait d'ici au début 2022, achever son redéploiement militaire dans la région, risque donc d'avoir du pain sur la planche en venant appuyer l'état Ivoirien dans sa volonté de lutte contre les groupes radicaux.

Bénéficient-t-ils de complicités à l'intérieur des localités ciblées? Cet autre détail, les autorités gouvernementales devraient l'élucider. 

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

côte france ivoire sahel

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires