Sign in
Download Opera News App

 

 

Graves accusations portées par le Premier ministre Choguel Maïga contre les soldats français à Kidal

La désescalade entre Bamako et Paris n’est décidément pas pour demain. Après les dures propos tenus par le Président français Emmanuel Macron contre la junte malienne et surtout le Premier de transition Choguel Maiga qui selon lui tire sa légitimité du double putsch au Mali, les autorités de Bamako ne décolèrent pas. 

C’est dans cette atmosphère délétère que les langues vont commencer à se délier et en premier une déclaration du Premier ministre Choguel Maiga. En effet, il a accusé la France d'avoir créé une enclave terroriste à Kidal dans le nord du pays et d'y avoir entraîné des forces terroristes. Graves accusations en somme.

Il a fait cette déclaration à l’occasion d'une interview accordée à l'agence Russe RIA Novosti alors qu'il participait à la journée mondiale du Coton à Genève dans la nuit de vendredi à samedi.

« Le Mali n'a pas accès à Kidal, c'est une enclave contrôlée par la France » déclare Choguel Maiga. Il avance ensuite qu'«il y a des groupes armés entraînés par des officiers français. Nous avons des preuves » soutient il avec fermeté. Et dans une colère difficilement contenue, il lance « nous ne comprenons pas cette situation et ne voulons pas la tolérer ».

Si ces affirmations étaient avérées comme l’affirme le Premier ministre qui dit en avoir les preuves, cela risque de détériorer définitivement des relations qui depuis quelques semaines sont au plus mal sur fond d’ escalade verbale. 

N'est ce pas là qu’il faut aller chercher les raisons réelles de la volonté de Bamako de s’attacher les services du groupe de sécurité russe Wagner toute chose qui fâche Paris ?

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

Bamako Choguel Maiga Kidal Mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires