Sign in
Download Opera News App

 

 

Bombardement de Bouaké : "Je n'étais pas dans l'avion" (col Ouéi condamné par la justice française)

Le triste constat après le bombardement du camp militaire français de Bouaké le 6 novembre 2004.


Le colonel Patrice Ouéï vient de jeter une nouvelle zone d'ombre sur l'affaire du bombardement. Alors qu'il fait partie des trois pilotes condamnés à perpétuité par la justice françaises, l'officier ivoirien dément avoir été de l'équipage de l'avion. "Il soutient mordicus mordicus qu'il n'a jamais participé au bombardement du camp,il n'était pas dans l'avion", rapporte son avocat Me Dagbo Godé cité par l'AFP.

Neuf soldats français et un civil américain avaient été tués le 6 novembre 2004 à Bouaké au Lycée Descartes transformé en camp militaire français au début de la rébellion qui avait coupé la Côte d'Ivoire en deux en septembre 2002 après une tentative de coup d'Etat contre le régime de Laurent Gbagbo. Celui-ci avait pris l'initiative de reconquérir les positions occupées en lançant le 4 novembre 2004 l'opération Dignité. Celle-ci était bien partie quand, le 6 novembre, le camp français fût bombardé. Les pilotes dont ont parlé depuis ce jour les médias français et la Justice française sont le mercenaire Bélarus Yuri Sushkin et les officiers ivoiriens Ange Gnadouillet et Patrice Ouéi. Les trois ont été condamnés à perpétuité le 15 avril à Paris. Les trois hommes ont été jugés par contumace, alors qu'à deux reprises, les autorités françaises ont eu l'occasion de les arrêter mais les ont laissés filer. Pourquoi? Des personnalités françaises au pouvoir à l'époque des fait sont passés témoigner à la barre mais aucun récit n'a pu permettre de connaître la raison. Ces témoignages n'ont pas non plus permis de connaitre le donneur d'ordre.

  Le démenti d'un des pilotes concernant sa présence dans l'avion ajoute une zone d'ombre supplémentaire au dossier.

Dan Opéli 

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

laurent gbagbo patrice ouéï

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires