Sign in
Download Opera News App

 

 

Libération espérée de Dogbo Blé et ses camarades : des renforts de taille contre les djihadistes ?

Après le rendez-vous manqué du 06 Août, date à laquelle beaucoup avaient espéré leur libération dans la foulée des doléances soumises par l’ex chef d’état, Laurent Gbagbo à son successeur, Alassane Ouattara lors de leur rencontre du 27 Juillet au Palais présidentiel, le Général Dogbo Blé Bruno, ex commandant de la garde républicaine et d’autres officiers des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) pourraient bientôt voir le bout du tunnel.

 

C’est du moins ce que laisse entrevoir une publication parue ce Samedi 09 Octobre sur la plateforme Operanews. Si les choses se confirmaient dans ce sens, la libération de ces soldats, dont certains à l’instar du Général Dogbo sont des hommes de terrain chevronnés, devrait non seulement contribuer à détendre un peu plus l’atmosphère sociopolitique, mais mieux, provoquer un impact sur la réponse militaire que l’état de Côte d’Ivoire s’efforce à apporter aux groupes armés qui se signalent dans plusieurs localités frontalières du nord du pays.

 

Depuis la première attaque sanglante à Kafolo qui en Juin 2020, avait fait au moins 12 morts à un poste avancé de l’armée Ivoirienne près de la frontière Burkinabè, les forces armées font face à un harcèlement de plus en plus pesant de ces bandes armés, suspectés d’être en lien avec les organisations djihadistes qui sévissent dans les pays Sahéliens frontaliers de la Côte d’Ivoire.

 

Les craintes qu’expriment avec insistance les populations de Téhini, dans la région du Bounkani, corroborées par le rapt ce Vendredi 08 Octobre d’un ressortissant Burkinabè, par des individus armés, dénotent de l’urgence de la situation.

 L’implication de ces soldats n’est peut-être pas la clé à l’issue de la crise sécuritaire gestante, cependant elle pourrait renforcer l’efficacité de la riposte sur le front.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara dogbo blé laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires