Sign in
Download Opera News App

 

 

Vilipendée à Bamako, la France répond aux Maliens par des résultats au front; des djihadistes tués

Au moins 2 hauts responsables islamistes ont été éliminés ces deux dernières semaines par les soldats Français de l’opération Barkhane dans le désert Malien.

Le premier, Baye Ag Bakabo, cadre d'Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), considéré comme l'auteur du rapt des deux journalistes Français de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, enlevés en Novembre 2013, puis tués par leurs ravisseurs, a été éliminé le 05 Juin dernier.

Le second, Almahmoud Ag Baye, alias Ikarey, cadre de l'Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS), tué ce Mardi 15 Juin, en même temps que l'un de ses frères, du nom d'Adoum, dans des combats contre des forces Françaises, engagées dans une opération conjointe avec des éléments de l'armée Nigérienne vers une localité au sud-ouest de Menaka dans le nord-est du Mali, selon une exclusivité de Radio France Internationale (RFI).

Toujours à en croire le média Français, quatre autres responsables du mouvement ont également été arrêtés à l'issue de ces accrochages.

Visiblement, la France a décidé de bander ses muscles dans son combat contre les groupes djihadistes au Sahel, et ce, depuis la décision du chef de l'état Français, Emmanuel Macron, de retirer les troupes de l'opération Barkhane.


Faut-t-il y voir une réponse aux pressions de la rue Malienne qui exige le départ des troupes Françaises du théâtre d'opération en faveur d'un engagement militaire de la Russie?


Pour l'heure, aucune déclaration ne converge en ce sens, mais la précision des résultats obtenus sur Le front ces derniers temps, pourrait sous un certain angle, être perçu comme une réaction d'orgueil de l'état-major Français, accusé par une partie de l'opinion publique Malienne, de ne pas faire bouger les lignes sur un front qui dure depuis maintenant 9 ans. Paris serait-t-il dans une logique de repositionnement stratégique dans le Sahel?

Les développements en cours semblent l'indiquer. En montrant son efficacité face aux djihadistes, la France campe dans la posture de cet allié incontournable dont le retrait pourrait être fatal non seulement au Mali, mais également aux autres états de la région.

La France tient les clés du conflit. C'est en tout cas ce message qui pourrait être indirectement adressé au régime de Bamako, qui devra inconditionnellement en tenir compte.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

bamako france mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires