Sign in
Download Opera News App

 

 

Kafolo: La promesse de 100.000 FCFA et d'une moto pousse les jeunes à rejoindre les djihadistes

Côte d'Ivoire : tout savoir sur les moyens financiers et matériels utilisés par les djihadistes pour le recrutement des jeunes locaux

Image 1: montage

Les terroristes installés dans les pays sahéliens veulent étendre leur empire sur les pays du golf de Guinée.

La Côte d'Ivoire pays frontalier, au nord, par le Mali et le Burkina, deux pays en proie au terrorisme depuis plusieurs années n'échappe pas à cette vision des territoires d'élargir leur champs d'action dans la sous-région ouest-africaine.

Depuis l'attentat de Grand-Bassam en 2016, suivi des attaques terroristes de Kafolo, dans l'extrême nord du pays, ainsi que la récente attaque du bataillon projectable d'Anonkoua Kouté, base militaire située à N'dotré, au nord d'Abidjan, l'on peut affirmer avec certitude que la Côte d'Ivoire est dans le collimateur des terroristes.

Outre, les attaques terroristes répétées contre les positions des forces armées de Côte d'Ivoire, la récente incursion de terroristes lourdement armés dans un village proche de Kafolo explique la présence de djihadistes en terre ivoirienne plus précisément au nord du pays dans les zones frontalières au Mali et au Burkina Faso.

Actuellement, on en sait un peu plus sur l'origine, les ambitions et le mode de recrutement des terroristes sur le sol ivoirien grâce à un long reportage réalisé par le journal panafricain Jeune Afrique sur ce sujet.

En effet, selon, les investigations minutieuses menées par le journal les terroristes envisagent s'établir au nord de notre pays. Et pour se faire, ils ont adopté une méthode qui consiste à se familiariser aux populations locales et à recruter des jeunes sur place pour insérer du sang neuf dans leur mouvement afin de se dissoudre facilement dans la population en cas d'enquête ou d'opérations de contrôle des forces de défense et de sécurité.

À en croire aux informations relayées par le site du journal, c'est la promesse d'une modeste somme de 100.000 FCFA et d'une moto qui séduit les jeunes à rejoindre les rangs des malfaiteurs.

En effets, selon Jeune Afrique, les terroristes recrutent des jeunes ivoiriens sur place, les joignent à leur cause contre la promesse d'une somme de 100. 000 FCFA et d'une moto.

En plus, le journal révèle que les assaillants sont d'origine divers et bénéficient de complicité locale tout en précisant que ces malfrats auraient même reçu du bétail lors de leur séjour dans la zone.

En résumé, nous pouvons dire que la pauvreté est la principale cause de l'expansion du terrorisme en Côte d'Ivoire. C'est la raison pour laquelle nous profitons de l'occasion pour inviter les autorités compétentes à accélérer davantage la lutte contre le chômage et la pauvreté en milieu urbain et rural afin de réduire la vulnérabilité des jeunes vis-à-vis des propositions ignobles comme celle citée ci-dessus qui peut contribuer à la déstabilisation de notre bien commun, la Côte d'Ivoire.

Toutefois, nous invitons l'ensemble des populations (jeunes et toutes les couches sociales) à la vigilance, à la prudence, à la résilience et à la dénonciation de telles propositions auprès des autorités sécuritaires.

Image d'archive: entraînement des forces spéciales 64 pour la lutte contre le terrorisme

Content created and supplied by: Sylvestre_Kamenan (via Opera News )

côte d'ivoire kafolo mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires