Sign in
Download Opera News App

 

 

Attaque terroriste en Côte d'Ivoire: voici les villes ciblées et le document qui révèle l'origine des rebelles

La Côte d'Ivoire est en plein dans l'oeil du cyclone. Des sources sécuritaires viennent de confirmer que des menaces terroristes planent sur la pays ivoirien. Les forces de défense sont en alerte maximale.

À en croire les autorités ivoiriennes, ces groupes armés cherchent un point d'accès à la façade maritime pour divers trafics. Ils visent les ports ivoiriens. Par conséquent, les localités comme Abidjan, Dabou, San-Pedro et Tabou sont sous haute surveillance.

Rappelons que le 1er février 2021, Bernard Emié, Patron du renseignement extérieur français, avait assuré qu'Al Qaïda au Sahel développait un "projet d'expansion" vers le golfe de Guinée, en particulier la Côte d'ivoire et le Bénin.

Aux côtés de la ministre des Armées Florencr Parly, le chef de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) a montré des images d'une réunion, tenue en février 2020, rassemblant dans le centre du Mali les plus hauts responsables locaux de la centrale djihadistes.

"L'objet de cette réunion était la préparation d'opérations de grande ampleur sur des bases militaires", a affirmé Bernard Emié sans fournir de détails.

"C'est là que les chefs d'Al-Qaïda au Sahel ont conçu leur projet d'expansion vers les pays du golfe de Guinée. Ces pays sont désormais des cibles eux aussi et pour desserrer l'étau dans lequel ils sont pris et pour s'étendre vers le sud, les terroristes financent déjà des hommes qui se disséminent en Côte d'Ivoird ou au Bénin", " Des combattants ont également été envoyés aux confins du Nigeria, du Niger et du Tchad", confie le patron du renseignement extérieur Français.

Cependant depuis ce matin la nouvelle qui secoue la toile et le coeur des Ivoiriens est bien entendu celle de l'attaque du camp militaire dans la ville d'Abidjan. Mais qui sont les commanditaires de cette ènième attaque?

Des documents présumés saisis sur les assaillants tués lors de l'attaque d'un camp militaire à Abidjan laisseraient penser que l'assaut aurait été donné par des personnes de nationalité libérienne. Les enquêtes ne font que commencer. Mais il y a des zones d'ombres déjà.

Les documents qui aurait été pris sur les assaillants qui auraient attaqué un camp militaire dans la zone d'Anyama dans la nuit du 20 au 21 avril, appartiendraient à des non-ivoiriens. Sur deux des photos qui ont fuité, on peut voir deux pièces d'identité dont les titulaires sont originaires du Liberia.

Les assaillants seraient donc venus du Liberia où il s'agirait de Liberiens vivant déjà en Côte d'ivoire. Tous les assaillants seraient-ils de la même nationalité? L'enquête situera. Mais déjà des interrogations pointent sur les documents d'identité des rebelles et aussi la quantité du matériel saisi.

Un document saisi sur un assaillant qui avait son contrat de mercenaire en poche.

En effet, dans son communiqué l'État-major des Armées annonce que plusieurs matériels de guerre ont été saisis. Pourtant, sur l'une des images qui ont fuitées, on voit bien le listing des élements prétendus saisis sur les assaillants.

"Un Ak 47, une paire de lunette, une moto, 3 machettes etc...". C'est l'arsenal qu'aurait saisi l'armée ivoirien lors de la fuite du listing.

Un veritable crève-coeur, et on se demande ce que voulait au juste les présumés assaillants.

#NS

Content created and supplied by: Nickouss (via Opera News )

bernard emié côte d'ivoire mali sahel

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires