Sign in
Download Opera News App

 

 

Enlèvement des affiches pour le retour de Gbagbo : "A quel jeu joue le CSP ?", s'interroge Le Réveil

Le journal Le Nouveau Réveil, proche du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI d'Henri Konan Bédié) s'interroge sur le jeu, d'après lui, que joue le Conseil supérieur de la publicité (CSP) qui a fait enlever les affiches annonçant le retour de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire.

"On est bien tenté de se demander à quel jeu joue le CSP, d’autant plus que son action peut être considérée comme une entrave ou du moins une tentative d’entrave au retour au pays de l’ex-président de la République Laurent Gbagbo", écrit le journal Le Nouveau Réveil, dans son édition de ce jeudi 10 juin 2021.

Le CSP qui a fait enlever les posters géants placardés sur certaines pancartes à Abidjan, par le comité d'organisation de l'accueil de l'ex-chef d'Etat, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) a expliqué "qu’il serait interdit d’utiliser l’image d’une personnalité politique sur des affiches publicitaires", à en croire Me Habiba Touré, avocate personnelle de Laurent Gbagbo.

Pour cette dernière, "cette explication apparait étonnante au regard de récentes affiches publicitaires à l’effigie de personnalités politiques RHDP, en dehors de toute campagne électorale, et qui n’ont pas subi le même traitement".

Pour le journal proche du PDCI, "si tant  est-il indiqué que la raison évoquée pour retirer les affiches est soutenue, ça fait quoi s’il ferme les yeux sur ça ? D’autant plus que nous sommes à une période charnière où tout ce qui est susceptible de troubler l’ordre ou susciter des troubles doit être impérativement évité".

Précisant que "les Ivoiriens aspirent à la paix et c’est la raison pour laquelle la grande majorité d’entre eux attendent avec enthousiasme l’arrivée du président Laurent Gbagbo pour que soit définitivement scellé le pacte de la réconciliation vraie".

Le Nouveau Réveil estime, en définitive, que "les affiches à l’effigie de personnalités politiques de haut rang ont bien été aperçues dans toute la ville de la capitale économique en dehors des périodes électorales, sans qu’on est entendu une éventuelle réaction du conseil. La même clémence observée en son temps devrait donc prévaloir aujourd’hui pour éviter ou réduire ainsi les risques de tensions".

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires