Sign in
Download Opera News App

 

 

Les business liés à la fibre de banane vont cartonner

Les plastiques, les cartons, les polystyrènes sont très polluants. Partout dans le monde on recherche aujourd’hui des alternatives moins polluantes à ces matériaux qui nous semblent pourtant indispensables.

Des lois sont adoptées ou sont en voie de l'être pour réduire ou supprimer la production, la commercialisation et la consommation de de ces matériaux.

Depuis le 1er janvier 2021, les importations de déchets plastiques sont interdites en Chine et cela concerne tous les types de résidus. Pendant des décennies , la Chine a été l'une des principales destinations de recyclage, de réutilisation et d'élimination des déchets du monde entier, en particulier des pays développés. En tête de liste des exportateurs, l'Europe, les États-Unis et le Japon. Une étude de "Science Advances" révèle que depuis 1992, plus des deux tiers des déchets plastiques du monde ont terminé leur route en Chine et plus des trois quarts depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997. Et c'est juste en ce qui concerne le plastique. En 2016, parmi les 15 millions de tonnes de déchets plastiques, les 16 millions de tonnes de papiers usés et les 2 millions de tonnes de matières textiles usées, environ 40% ont été déposés en Chine. Etat des lieux d'un monde qui ne peut désormais plus compter sur la Chine pour camoufler son mode de vie polluant.

Au Japon, une réforme législative est entrée en vigueur en 2020. Elle vise à freiner l'amour immodéré des habitants du pays pour les emballages polluants.

Le mercredi 12 juin 2019, la direction européenne, qui interdit la mise sur le marché de plusieurs produits en plastiques à usage unique, a été publiée au Journal Officiel de l'Union Européenne. Les pailles, les couverts et assiettes, les touillettes à café, les tiges pour ballons ou encore les cotons tiges, tous ces produits plastiques seront bannis de l'UE à compter du 3 juillet 2021. Les plastiques oxo-dégradables, récipients pour aliments et gobelets en polystyrène expansé seront aussi interdits à cette date.

En 2020, aux USA, le New Jersey a voté l'interdiction des sacs à usage unique en plastique ou en papier. L'Etat de New York avait déjà voté cette loi, mais la mise en application a été retardée par la pandémie de covid-19.

D'autres Etats aux USA et dans le monde ont déjà voté l'interdiction des plastiques et des mesures sont prises pour la mise en application des lois la concernant.

Seule la vaisselle jetable, recyclable et compostable est et sera autorisée. Les fabricants sont donc sur les dents pour trouver des alternatives à la vaisselle plastique bien pratique mais très polluants et difficilement recyclable. Un entrepreneur indien, Jayesh Vir, propose de la vaisselle jetable et recyclable à base de résidus agricoles et notamment de fibres de banane, de canne à sucre ou de feuilles de palmier.

Une alternative créative et naturelle émerge : la feuille de bananier ! En effet, elle est résistante, souple et recyclable ! Certains ont eu l’idée de l’utiliser pour fabriquer de la vaisselle, des emballages ou même des textiles. Ce n’est d’ailleurs pas une idée si nouvelle que ça puisque la feuille de bananier a de nombreux usages dans des tribus à travers le monde depuis des siècles et des siècles.

Chaque année, plus de 100 millions de tonnes de bananes sont récoltées à travers le monde. Répondre au défi de réutiliser les déchets des cultures de bananier est chose faite grâce à la production de fibre de banane, un matériau biodégradable innovant. Elle permet de réduire l’impact environnemental de l’industrie textile par son action circulaire.

Tout comme ses congénères des fibres naturelles, cette matière de qualité permet d’offrir un renouveau à l’industrie textile. D’origine végétale, la fibre de banane possède, en effet, une production et un approvisionnement plus durable.

Cette matière provient de fibres issues de la feuille d’Abaca, un arbre bananier. La soie du bananier est alors élaborée à partir de pétiole taillé en bandes. Les fibres extraites sont ensuite lavées puis séchées.

Ce matériau biodégradable séduit par ses nombreuses caractéristiques. La fibre de banane est, en effet, légère et flexible tout en étant d’une grande résistance. Elle évacue également facilement l’humidité.

La couleur naturelle de la fibre de banane est marron foncée ou blanche, selon que l’on prenne le coeur ou le bord des pétioles. La fibre peut être ensuite teintée en une large gamme de couleurs neutres et colorées. Jaune, rouge, bleu, vert, gris: le choix est loin d’être limité.

Les activités liées à la fibre de banane vont cartonner. Elles naissent et foisonnent déjà.

La fibre de banane est un matériau qui a déjà séduit les créateurs textile notamment en maroquinerie. L’artiste designer Em Riem utilise la feuille de bananier pour créer des vêtements uniques, comme des jupes ou des tops. Quant à la designer Dita Sandico, la soie de bananier devient entre ses mains un tissu léger à l’esthétique contemporaine qui conquit le monde de la haute-couture. L’éco-chic naît alors.

Comme d’autres fibres naturelles, la fibre de banane a sa place dans le processus de fabrication de produits autres que le textile. Tapis, cordages, papier, carton, voiles de bateau matériaux d’isolation et de construction: son utilisation est diverse et variée.

La vaisselle en plastique jetable que nous connaissons tous a commencé à être interdite à la vente ainsi que l'utilisation de cette vaisselle pendant les manifestations publiques.

https://youtu.be/TlA_cXMey0g

Content created and supplied by: Lavieenabondance (via Opera News )

chine hong kong

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires