Sign in
Download Opera News App

 

 

Voici le top 5 des libanais les plus riches de la Côte d'Ivoire


Le journal panafricain Jeune Afrique au coeur de l'actualité africaine a concocté un document inédit sur les richissimes homme d'affaires qui investissent en Côte d'ivoire.

Voici le top 5 des plus riches d'entre eux :


1. Zouheir Ezzedine : le gardien du temple 



Ibrahim Ezzedine, décédé en 2012, avait bâti en deux décennies un poids lourd de l’industrie agroalimentaire ivoirienne. Son monopole sur l’importation du riz, sa capacité à s’imposer face à des acteurs historiques, comme Mimran, ou plus puissants financièrement, comme Bolloré, et sa proximité avec l’ex-président Gbagbo lui ont valu une réputation sulfureuse.

Désormais, c’est son frère Zouheir qui assure le contrôle des activités avec l’appui de ses autres frères, Samir et Mohamed. Le conglomérat Carré d’or regroupe une douzaine d’entreprises, dont la Société de distribution de toutes marchandises (SDTM), les Moulins modernes de Côte d’Ivoire créés – avec l’appui du groupe Louis Dreyfus –, le spécialiste de la logistique Global Manutention Côte d’Ivoire, ainsi que des usines d’eau en bouteille (Celeste), de pâtes (Maman), et de tomates en boîte (Tomaci).


2. Yasser Ezzedine : l’investisseur 



Le 29 juin, Yasser Ezzedine, fondateur de la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire (CDCI) a inauguré avec ses partenaires la réouverture de son magasin de demi-gros (cash and carry) sur le boulevard Valéry-Giscard-d’Estaing, à Abidjan.

Si, pour la plupart des Ivoiriens, l’homme d’affaires reste le propriétaire de la chaîne de magasins acquise en 2002 – et qui a réalisé 145 milliards de FCFA (environ 221 millions d’euros) de chiffres d’affaires en 2015 , il a en fait laissé l’an dernier la majorité du capital à ses partenaires, le marocain Label’Vie et le français Amethis Finance.

Ce passage de témoin doit permettre au groupe, qui compte environ 160 magasins, d’accélérer son développement.

Natif de Tyr, au Liban, Yasser Ezzedine qui a débuté au sein de la société familiale de commerce et de négoce Sococe, installée à Gagnoa, conserve néanmoins un rôle d’accompagnement. Il se consacrera également au développement d’autres projets dans l’immobilier, l’agro-industrie et les services via son holding Sini.


3. Souad Khalil : l’héritière 



Au décès de son père, Moustapha Khalil, en mars 2014, Souad Khalil lui a succédé à la tête du conglomérat Eurofind, un baobab de l’industrie ivoirienne. Elle a alors poursuivi le développement du groupe avec le duo Adham El Khalil et Emmanuel Hutardo.

Eurofind est actif dans treize pays – sept en Europe et cinq en Afrique. En Côte d’Ivoire, il est le leader de l’acier et se développe dans le secteur des produits chimiques et plastiques ainsi que dans l’alimentaire.

En 2015, il a cependant cédé Les Brasseries ivoiriennes (LBI) à Castel pour près de 49 millions d’euros. Il réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires annuel d’environ 600 millions


4. Mahmoud El Ghandour : l’esthète



Dans le sillage de son père, fondateur de la parfumerie Gandour à Dakar, en 1965, Mahmoud El Ghandour a créé la Parfumerie Gandour de Côte d’Ivoire (PGCI) en 1978 à Abidjan.

L’entreprise, implantée dans la zone industrielle de Yopougon, s’est d’abord imposée en produisant parfums, talcs, crèmes, pommades et vernis à ongles à bon marché.

Aujourd’hui renommée Nouvelle parfumerie Gandour (NPG) et dirigée par son gendre Ghandour Ghandour, elle offre plus de 600 gammes de produits de soins et d’esthétique, qu’elle distribue en Afrique mais aussi en Europe et aux États-Unis.

Comme beaucoup de chefs d’entreprise ivoiro-libanais, le patron, qui emploie 2 000 salariés, garde son chiffre d’affaires strictement confidentiel.


5. Karim Fakhry : le négociant 



À la tête du groupe Prosuma, leader de la grande distribution avec plusieurs enseignes et de nombreux centres commerciaux, Karim Fakhry travaille en binôme avec l’Ivoirien Abou Kassam. L’arrivée de Carrefour n’a pas vraiment affecté leur part de marché, même si cela les a incités à redéfinir leur stratégie.

En 2016, Prosuma, qui emploie 3 600 personnes, a réalisé un chiffre d’affaires de 358,7 millions d’euros, contre 265 millions d’euros en 2014.

Parallèlement, Karim Fakhry développe un pool immobilier, héritage familial constitué d’immeubles, d’appartements et d’hôtels.

Sources C'est chez Nous

Content created and supplied by: Edmondethan (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires